L’Espagne, comme on l’aime ! - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 25 Février 2018

Suivez-nous

Feb.
25
2018

Octobre musical de Carthage.. «Femmes et Zarzuela» par le Chœur de Chambre «Duc de Calabre»

L’Espagne, comme on l’aime !

Mardi 18 Octobre 2016
نسخة للطباعة
L’Espagne, comme on l’aime !

Les nombreux et fidèles mélomanes étaient au rendez-vous samedi dernier à l’Acropolium de Carthage, à l’occasion de la soirée d’ouverture de la 22ème édition de l’Octobre musical, assurée cette année par le Chœur de Chambre « Duc de Calabre » et organisée en collaboration avec l’ambassade d’Espagne, l’Institut Cervantès et la Casa del Mediterraneo.

 

Des moments magiques qui nous ont fait revivre les airs de la  « Zarzuela »;  opérette espagnole née au milieu du XVIIème siècle, mêlant chant et danse, qui a été créée pour le divertissement de la Cour à Madrid, car en Espagne, la Zarzuela est un genre musical aussi important que l’Opéra. Elle connut son apogée au 19ème siècle et au début du 20ème, avec l'ouverture à Madrid du Théâtre de la Zarzuela. 

 « Femmes et Zarzuela » s’avère être une réflexion musicale sur la femme et sa lutte au cours des temps  pour recouvrir ses droits dans la société et affirmer sa volonté et son énergie pour contourner les problèmes auxquels elle fait face.

Le spectacle met en exergue sur un ton humoristique, le droit des femmes qui osent s’affirmer face à des questions d’ordre public, faisant ainsi fi de l’image de la femme résignée et sans force, chargée uniquement des tâches domestiques et familiales…Le tout, superbement joué par des sopranos au grand talent, dont Sara Matarranz, (soprano soliste), Javier Checa, (ténor soliste), Jorge Robaina, (pianiste) et Amaro Gonzales de Mesa, (chef de Chœur).

Une très belle ouverture d’un événement incontournable de la musique classique qui propose du 15 au 30 octobre, quatorze concerts dirigés par de célèbres maestros qui nous feront partager la passion d’un art majeur.

La Tunisie prend une part importante dans la programmation avec 3 concerts ; celui du dimanche 16 octobre qui a été présenté par le   Conservatoire de Riadh Fehri de Sidi Bou-Said, avec Zeineb et Houda Mestiri, deux jeunes prodiges du violon. 

Le 17 octobre, le public a eu droit à « Rapsodies romantiques » avec deux interprètes de  la musique traditionnelle roumaine, Andrea Grigoras et Bogdan Grigoras, (violon) et deux récitants tunisiens, Hatem Bourial et Nebil Basti (récitants),   réunis autour d’œuvres du grand poète, Mihai Eminescu.

Le dimanche 23 octobre, ça sera le tour de l’Orchestre philharmonique de Tunis, de se produire sous la direction de Chedy Garfi et Andrea Saddam, (direction Chœur). Le mardi 25 octobre, place au concert (Tunisie- France) avec Valérie Altwegg (flûte) et Walid Dhahri (guitare), deux artistes qui se retrouveront dans un programme éblouissant, de Bach à Granados et de Mozart à Piazzolla.

L’autre rendez-vous, Tunisie-France, est prévu le samedi 29 octobre : Concert 4+4 avec la participation du Quatuor Cadences, (Mohamed Bouslama et Akram Ben Romdhane au violon; Afif Bouslama, alto et Farouk Shabou, violoncelle), et du Quatuor Bella, (Julien Dieudegard et frédéric Aurier, violon; Julian Boutin,  alto  et Luc Dedreuil,   violoncelle). 

Toujours fidèle à l’événement, l’Italie qui n’arrête pas de nous étonner, présentera le mercredi 19 octobre, le Trio « Migrantes », une rencontre de trois musiciens  loin de leur terre natale, dans un répertoire de rythmes argentins, jazz européen et sonorités orientales. Il s’agit de Javier Girotto (saxo), Andrea Manzoni (piano) et Maura Sigura (oud). Et le vendredi 21 octobre, « Le fessure dell’anima », mise en scène musico-théâtrale de  Paolo Dirani, pianiste et narrateur ; de Bach à Gershwin avec musique et images.

La Russie proposera  quant à elle pour ce soir, mardi 18 octobre, Marina Ten (chant) et Oleg Boyko (guitare et luth), deux prestigieux musiciens spécialisés dans la renaissance italienne espagnole et de la musique andalouse dans un programme qui illustre la grande diversité du génie russe à travers la musique.

L’Autriche le 22 octobre : Michal Knot (saxo) et Bogdan Laketic (accordéon),  joueront les « Nouvelles couleurs du passé » de leur  récent album, (Vivaldi, Händel, de Falla et Piazzolla au programme).

La Pologne proposera le mercredi 26 octobre, « Bayan Brothers » avec  Alexander Jakubow et Lukasz Mirek qui utilisent la richesse musicale illimitée de cet instrument qu’est l’accordéon, dans le répertoire classique et moderne pour interpréter Bach, Piazzolla, Galliano…

La Belgique, le 27 octobre,  avec Roberte Mamou au piano.  « L’égérie de l’Octobre musical de Carthage, la poétesse  des sons,  présentera en première mondiale, des extraits de son nouveau CD, Mozart et Cimarosa ainsi que trois romances de Mendelssohn et les « Quatre saisons » de Tchaïkovski.

La Tchéquie annoncée pour le 28 octobre, participera avec Miroslav Sekera, (piano) et Petr Macecek, (violon), tous deux lauréats de nombreux prix internationaux et qui se produisent sur les plus grandes scènes d’Europe, d’Amérique et d’Asie.

 Enfin, la clôture de l’Octobre musical de Carthage sera animée cette fois, par l’Ensemble portugais, « Rumos », (Anne Victorino, d’Almeida, violon,  Joao Vasco, piano et Luis Gomez, clarinette). Un spectacle multimédia intitulé « Tocando Portugal », un florilège de musiques portugaises avec projection sur grand écran.

L’Octobre musical est « un festival privé qui a aujourd’hui sa place dans le paysage culturel de la région et qui contribue avec les artistes, le public et le monument, (la Cathédrale Saint Louis), à enrichir la diversité culturelle   de la prestigieuse Cité carthaginoise… », selon les dires de Mustapha Okby, directeur de la manifestation et maître des lieux.

Les difficultés ? « Nous les surmontons comme toujours, grâce au partenariat avec nos fidèles mécènes …» a-t-il dit, et d’ajouter : «  j’encourage les écoles voisines de Carthage en leur accordant des tarifs spéciaux, un abonnement de 300 dinars pour 14 concerts et 40 élèves… ». Une très bonne initiative !

Sayda BEN ZINEB