Une section «lettres» dans cinq lycées pilotes - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 16 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
17
2018

Nouvelle année scolaire

Une section «lettres» dans cinq lycées pilotes

Mercredi 24 Août 2016
نسخة للطباعة
Une section «lettres» dans cinq lycées pilotes

Une section « lettres » est créée, à partir de la nouvelle année scolaire 2016/2017 dans 5 lycées pilotes, savoir le lycée pilote Bourguiba de Tunis, le lycée pilote de Sfax et ceux de Sousse, Gafsa et le Kef. 

L’inscription ouverte depuis le 16 juillet est faite sur dossiers, sous réserves de certaines conditions dont notamment le fait pour le candidat d’être titulaire du diplôme de fin d’études de l’enseignement de base, d’avoir un certain âge et un score ou moyenne établissant qu’il possède le niveau requis pour des études dans les lycées pilotes qui, rappelons-le, étaient réservés, jusqu’à présent, aux sections scientifiques, soit les sciences et les mathématiques. Mais, le réseau national des lycées pilotes comporte un lycée pilote consacré aux beaux arts et un autre aux sports.

Présentée par les responsables comme étant l’année de la concrétisation de la réforme éducative, l’année scolaire 2016/2017 verra, dans ce cadre, le renouvellement des manuels scolaires destinés aux 1ère et 2ème années de l’enseignement primaire, ou premier cycle de l’enseignement de base, et l’application du nouvel horaire scolaire basé sur la division de l’année scolaire en 2 semestres, au lieu de l’ancien régime des trois trimestres, ainsi qu’un nouveau régime des examens et de contrôle des connaissance adapté à la réforme.

C’est dire tout le travail de communication qui attend les services du ministère de l’Education pour vulgariser toutes les nouvelles mesures et expliquer les motifs qui les ont déterminées, auprès des élèves, des parents et de l’opinion publique, en général.

Déjà, la rentrée scolaire 2016/2017 devant avoir lieu vers la mi-septembre, juste après les trois jours de l’Aïd el Idha, est le principal sujet des discussions de tous les jours qui restent, toutefois, focalisées sur les manuels scolaires, les fournitures scolaires et les prix. 

Or, le coût sera lourd, car, bien que les prix des manuels scolaires et des cahiers subventionnés ou numérotes restent sans changement, d’après les déclarations des responsables du secteur, ceux de tous les autres articles ont augmenté, y compris le prix des timbres postaux qui sont fortement utilisés, à cette occasion, pour établir divers dossiers scolaires et universitaires, qui a doublé, passant de 250 millimes à 500 millimes à l’échelle intérieure.

Salah BEN HAMADI