On n’est pas encore sortis de l’auberge ! - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 14 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
16
2018

EST - Mhirsi

On n’est pas encore sortis de l’auberge !

Dimanche 17 Juillet 2016
نسخة للطباعة
EST - Mhirsi: On n’est pas encore sortis de l’auberge !

Le joueur ou plutôt l’ex-joueur de l’Espérance ST se trouve en France pour discuter de l’éventualité de porter les couleurs du Red Star une équipe de la ligue 2 française. Avant de mettre le cap sur la Croatie où une équipe de la capitale aurait fait part de son intention de le recruter. Ce sont en gros les informations récoltées par nos soins et confirmées par M. Tahar Mhirsi, le père du joueur sur les plateaux d’une radio privée.

 

Accusations apparemment infondées

 Un Tahar Mhirsi qui n’a pas manqué de s’en prendre à la partie espérantiste l’accusant de n’avoir pas traité son fils sur le même pied d’égalité que le reste de ses co-équipiers de l’équipe professionnelle : un bas salaire mensuel (3500 dinars) et le non versement de ses primes de match ! Sans omettre d’enfoncer le clou en ajoutant que Driss a été totalement ignoré par tous les entraîneurs étrangers qui se sont succédé au complexe Hassan Belkhodja le condamnant à garder soit hors du groupe soit sur le banc des remplaçants.

 Avec la complicité d’un accompagnateur influent qu’il a nommément cité. Et que sans la venue d’Ammar Souayah, Driss n’aurait pas eu cette chance de se mettre en évidence tout le long de la saison écoulée. A notre connaissance, les salaires des joueurs et les primes de victoires ont de tout temps été servis régulièrement. 

 

Qui croire ?

 Abordant ensuite le volet inhérent à la reconduction du contrat de Drsis, M. Tahar Mhirsi a conclu, qu’en dépit des concessions faites par son fils à la commission des recrutements du club, l’entretien n’a pas abouti à un accord final. Facteur qui l’a acculé à aller voir ailleurs.

 Or, Mejdi Traoui, le président de ladite commission a été clair quand il a fait savoir que cette dernière a répondu par oui aux exigences financières avancées par le joueur. En vain dans la mesure où il a fait part de son intention d’aller tenter une expérience dans le football professionnel français. Reste à présent à savoir qui croire dans ce méli mélo qui n’a fait que trop duré.

 

Savoir raison garder

A 22 ans, Driss Mhirsi est-il en mesure de réussir d’entrée dans une équipe européenne qui exige un rendement à la mesure de la contre partie financière servie pour son recrutement ? A notre humble avis, Mhirsi père aurait mieux fait de convaincre son fils à poursuivre son apprentissage à l’Espérance ST parmi un effectif qui s’apprête à jouer sur plusieurs fronts dont une ligue africaine des clubs champions et un championnat arabe. 

 La reconduction de son contrat pour les deux prochaines saisons avec une clause libératoire sera l’occasion de lui permettre de gagner en maturité et en expérience. Il sera ensuite en mesure d’affronter avec un zeste de réussite ce football professionnel européen auquel il aspire.

Rafik BEN ARFA

Mots-clés: