Le qui, le quoi et le pourquoi - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Feb.
20
2020

2ème Conférence annuelle du Capital investissement

Le qui, le quoi et le pourquoi

Jeudi 24 Mars 2016
نسخة للطباعة
Le qui, le quoi et le pourquoi

L’Association tunisienne des investisseurs en capital « ATIC » organise aujourd’hui  la 2ème édition de la Conférence annuelle du Capital Investissement. Cette année, l’association a choisi de débattre autour du rôle du capital investissement dans le développement économique et dans l’internationalisation des entreprises tunisiennes. En effet,  le rôle du capital investissement dans le financement de l’économie reste très réduit. D’où la nécessité d’impulser ce mode de financement alternatif au financement bancaire. Après l’entrée en vigueur de la loi sur le Partenariat Public Privé (PPP), le capital investissement pourra tenir un rôle déterminant dans le financement des grands projets. 

Les investissements réalisés par les investisseurs en capital en 2015 ont atteint 207 MDT  contre 223 MDT en 2014 et 260 MDT en 2013. 189 entreprises ont été financées par le biais du capital investissement en 2015 générant 10000 emplois. Ainsi le capital investissement a suivi au cours des trois dernières années une courbe descendante.  La répartition géographique des projets financés par le capital investissement atteste d’une concentration à hauteur de dans les gouvernorats  de l’Ariana, Ben Arous, Bizerte, Mannouba et Bizerte. Toutefois, les gouvernorats de Médenine, Kébili, Tozeur, Tataouine, Gabès et Gafsa se taillent 6% des investissements via « capital investissement ». Comment renforcer le rôle du capital investissement dans le financement des projets innovants et dans l’accompagnement des entreprises tunisiennes à l’international ? Tel est l’objectif recherché du séminaire organisé en partenariat avec des associations professionnelles du capital investissement, The Africain Venture Association « AVCA » et l’Association Française des investisseurs pour la croissance « AFIC ». L’ATIC a invité des experts internationaux et tunisiens pour bénéficier de leurs expériences et savoir-faire du métier et l’occasion de présenter au régulateur Tunisien, aux pouvoirs publics et certains ministères, les meilleures pratiques internationales du capital investissement et aussi les sensibiliser sur l’avancement du cadre réglementaire de l’activité de pays tels que la France, l’Ile de Maurice, le Maroc et l’Afrique sub-saharienne. 

 

Qui est l’ATIC ?

L’Association Tunisienne des Investisseurs en Capital "ATIC" regroupe les principales structures de Capital Investissement actives en Tunisie ; les SICAR, les Sociétés de gestion de FCPR et de fonds d’amorçage et les Fonds de Capital investissement. L’ATIC compte à ce jour 41 membres actifs investisseurs en capital et 6 membres associés représentant tous les métiers qui accompagnent et conseillent les investisseurs et les entrepreneurs dans le montage et la gestion des transactions. L’ATIC regroupe 16 SICAR bancaires, 6 SICAR régionales, 8 SICAR de Groupe, 10 Sociétés de Gestion de Fonds et la Caisse des dépôts et Consignations.

 

Qu’est-ce que le capital investissement ?

Le capital-investissement est une forme très ancienne d'investissement par laquelle un investisseur consacre une partie de ses capitaux propres ou sous gestion au développement ou rachat d'une société (ou d'une division) ayant des besoins de croissance, de transmission ou de redressement. En contrepartie de son risque d'investissement et de l'immobilisation de son capital sur une longue période (coût d'opportunité), il attend un rendement sur le capital investi, généralement supérieur à celui du marché des actions cotées, compte tenu de la non-liquidité de son investissement pendant parfois plusieurs années.

Il ne se contente pas d'investir mais accompagne généralement la société en portefeuille par des conseils pratiques lui permettant d'accélérer son développement et d'optimiser sa gestion. Le capital investissement se traduit par une injection de fonds dans une société et par l'entrée du fonds d'investissement au capital de sociétés qui ont besoin de capitaux propres. 

Yosr GUERFEL AKKARI

Mots-clés: