Embellie, nouveau départ et ambitions légitimes - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Jul.
18
2019

Sfax capitale culturelle arabe en 2016

Embellie, nouveau départ et ambitions légitimes

Vendredi 1 Janvier 2016
نسخة للطباعة
Sfax capitale culturelle arabe en 2016: Embellie, nouveau départ et ambitions légitimes

L'année 2016 devrait être marquée par l'événement international "Sfax capitale de la culture arabe". Durant cette nouvelle année, la deuxième ville de Tunisie sera ainsi au coeur de l'action culturelle arabe et succédera à Constantine.

Le programme de la manifestation sera piloté par un comité d'organisation présidé par Samir Sellami et devrait rendre ses lettres de noblesse culturelle à la capitale du sud, actuellement en panne d'équipements culturels.

Une nouvelle dynamique pour l'infrastructure culturelle

C'est d'ailleurs dans cette direction que les promoteurs de "Sfax capitale culturelle" vont investir beaucoup d'efforts. Outre la programmation qui sera des plus riches, l'événement servira à rénover et renforcer le tissu culturel de Sfax et sa région.

Un budget de dix millions de dinars est alloué à la manifestation et très pragmatiquement, la majeure partie de cette enveloppe ira aux investissements dans l'infrastructure.

C'est d'ores et déjà un bon point pour le comité d'organisation qui, dès l'entame, fait la part de l'éphémère de la fête et du durable de l'équipement.

Sfax, au bout de cette année, devrait connaitre une véritable mue culturelle avec tout d'abord la création d'une médiathèque aux standards internationaux qui en toute logique devrait être à la pointe de ce type d'institutions en Tunisie. Notons que la seule médiathèque dans le pays est celle de l'Ariana dont, vingt ans après son ouverture, les équipements sont devenus désuets.

Cette médiathèque dernier cri sera installée dans l'ancienne église de Sfax, un espace suffisamment vaste pour les ambitions de ce projet. Outre la bibliothèque et le multimédia, la médiathèque de Sfax disposera de plusieurs salles et de galeries et autres espaces polyvalents.

Autre bonne nouvelle: plusieurs salles de cinéma actuellement fermées devraient rouvrir leurs portes et profiter ainsi de la manne de "Sfax capitale culturelle arabe". Bastion du cinéma, Sfax a vu ces dernières années son parc de salles rétrécir comme une peau de chagrin. Le retour à la vie de ces salles devrait toutefois être assorti d'un projet culturel et une stratégie d'accompagnement pour les trois prochaines années car il est clair que le cinéma ne fait plus recette en salle et qu'une démarche claire et une identité forte seraient à même d'installer ces salles dans la durée.

Un objectif: Sfax sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco

"Sfax capitale culturelle" profitera aussi au Théâtre municipal qui, tout en ayant de beaux restes, a besoin d'un lifting. Ce sera chose faite puisqu'une opération de rénovation devrait concerner le théâtre et permettra de consolider ses équipements tout en les modernisant.

Enfin, il y aura la création de nouveaux espaces culturels dans plusieurs délégations du gouvernorat de Sfax, afin de relancer la diffusion culturelle et poursuivre l'aménagement du territoire culturel. Ces nouveaux espaces viendront s'insérer dans le réseau du ministère de la Culture et rapprocheront le service public des usagers.

Par ailleurs, le comité directeur de l'événement espère aussi intervenir dans la médina de Sfax et dans la zone des quais afin de rénover plusieurs sites et monuments. La conjonction de toutes ces actions poursuit un objectif stratégique, celui d'obtenir l'inscription de la vieille ville de Sfax sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

En 2016, tous les regards seront tournés vers Sfax mais en 2017, si cette tendance se confirme, la capitale du sud pourrait escompter devenir l'un des pôles culturels essentiels en Tunisie. Ville universitaire, cité de haute tradition, moteur du dynamisme de toute une région, Sfax est à même de relever ces deux défis: celui d'être une capitale arabe exemplaire pour l'année 2016 et celui de rester une ville culturelle durable.

Hatem BOURIAL

Mots-clés: