Des experts pour une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le terrorisme - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
16
2019

.

Des experts pour une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le terrorisme

Vendredi 27 Novembre 2015
نسخة للطباعة

Le membre du bureau politique du Congrès pour la République (CPR),Tarek Kahlaoui, qui était conseiller présidentiel dans le cabinet de l’ancien président de la république, Moncef Marzouki, a révélé, jeudi 26 novembre 2015, dans des déclarations à la presse, à Tunis, que la garde présidentielle, visée par l’attentat terroriste de mardi 24 novembre, avait joué un rôle déterminant dans la mise en échec de l’attaque commise par les salafistes de l’organisation terroriste interdite Ansar Echariâa, contre l’ambassade des Etats Unis, à Tunis, en novembre 2012, de même qu’elle avait contribué activement à la réussite des dernières élections présidentielles en assurant la protection des candidats et des personnalités politiques. C’est ce qui expliquerait qu’elle était particulièrement visée par les groupes terroristes.

Tarek Kahlaoui parlait au cours d’une conférence organisée par le CPR sur la lutte contre le terrorisme avec la participation de quelques experts et hommes politiques qui ont mis l’accent sur la nécessité pour la Tunisie de se doter au plus vite d’une stratégie nationale de lutte contre le terrorisme propre à inscrire cette lutte dans la durée, en fixant, dans les moindres détails, les rôles  des uns et des autres dans ce domaine, ainsi que  les actions et mesures à entreprendre en temps normal et dans les situations de crise, comme celles suivant des attentats terroristes.

A cet égard, Tarek Kahlaoui a indiqué qu’une stratégie nationale de lutte contre le terrorisme avait été arrêtée sous le gouvernement précédent et transmise à l’actuel gouvernement, notant qu’elle pourrait être facilement actualisée et servir d’avant projet à l’élaboration d’une nouvelle stratégie nationale de lutte contre le terrorisme car elle avait été établie avec la participation des diverses institutions concernées comme l’institution militaire et sécuritaire et sur la base de données et de renseignements très fiables sur les divers aspects du problème comme les  menaces et les dangers à caractère terroriste , y compris une nomenclature complète des personnes, notamment parmi les détenus, qui présentent un danger réel sur ce plan.

La stratégie propose notamment l’organisation d’une conférence nationale sur la lutte contre le terrorisme, devant déboucher sur l’adoption officielle de cette stratégie, avant sa présentation à l’Assemblée des représentants du peuple pour l’entériner.

Opération militaire

De son côté, le sociologue Mohamed Haj Kacem a présenté les grandes lignes d’une étude faite, en 2014, dans le cadre des activités de l’Institut national des études stratégiques, sur le salafisme jihadiste qui correspond au terrorisme se réclamant d’une interprétation fausse et défigurée de l’Islam qui va jusqu’à justifier le massacre des innocents, au nom du jihad ou combat sacré des mécréants, lesquels mécréants englobent les musulmans qui ne partagent pas  les principes de l’idéologie salafiste jihadiste. Selon l’intervenant, les jeunes pauvres et marginalisés sont tentés de devenir  les sauveurs de l’humanité grâce à leur appartenance à l’Etat islamique triomphant sur toute la terre, que leur miroite le salafisme jihadiste, mais d’après lui, ces jeunes révisent vite leur choix,  une fois sortis de l’engrenage de la misère et de la marginalisation.

Le député du CPR à l’Assemblée des représentants du peuple pour la région de Kasserine, Mabrouk Hérizi, a évoqué les peines et les problèmes qu’endurent les habitants des localités voisines du mont Mghila où sont retranchés des terroristes, à cause des agressions répétées dont ils sont la cible de la part de ces terroristes et dont la presse se fait de temps en temps l’écho comme le cas du petit berger égorgé et son ami obligé à ramener sa tête à ses parents, ou encore celui du conducteur de la voiture obligé sous la menace d’un couteau, à céder sa voiture à des terroristes, et ce outre la précarité de leurs conditions de vie, en général. Il a  indiqué que les habitants réclament qu’une vaste opération militaire soit engagée dans le mont Mghila, à l’instar de celle effectuée dans le mont Châambi, afin de la nettoyer des terroristes qui s’y retranchent dans les grottes.

Salah BEN HAMADI