Non à l’instrumentalisation politique de la misère !! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
19
2019

Lutte contre le terrorisme

Non à l’instrumentalisation politique de la misère !!

Mardi 24 Novembre 2015
نسخة للطباعة
Non à l’instrumentalisation politique de la misère !!

En pareille conjoncture, où une mobilisation de tout le peuple tunisien est nécessaire, abstraction faite des divergences d’idéologies politiques et d’intérêts partisans, certains cherchent à  saisir l’occasion pour instrumentaliser le malheur et la misère,  pour des raisons politiques et d’intérêts partisans.

C’est précisément le cas de ceux qui ont commencé à surenchérir, sur l’assassinat du pauvre petit berger, égorgé par des Jihadistes, et la tête expédiée  à sa famille par  son cousin, qui l’accompagnait lors   du drame. 

La victime, qui s’appelait Mabrouk Soltani était âgée de 16 ans, faisait paître ses chèvres, dans la région de Sidi Bouzid, avec  Chokri son cousin âgé 14 ans, lorsqu’ils   ont été surpris par les terroristes. C’est ce dernier qui ramena la tête de la jeune victime, à sa famille qui fut terrassée. Les autorités ont mis du temps à intervenir selon ce que raconte le frère aîné de la victime et ce sont des membres de sa famille qui sont allés sur les lieux du drame pour récupérer la dépouille.  

Le Chef du gouvernement avait reconnu que les forces de l’ordre avaient mis du temps pour réagir. Toutefois, il a souligné   concernant les causes de l’assassinat, « qu’elles  ne sont nullement dues au fait que la victime était en relation avec l’armée et la police. Il avait tout simplement refusé de leur livrer ses bêtes ».

Cette précision faite par le chef du gouvernement n’était pas pour plaire à la famille de la victime, qui considère que leur fils est un martyr qui est mort plutôt pour la patrie et non pour ses chèvres.

De son côté le ministère de  la Défense, a confirmé les propos   du chef du gouvernement, dans un communiqué publié hier  sur son site officiel,  pour  démentir   que le jeune homme ait servi d’informateur à n’importe quel organe militaire ou sécuritaire. Il a en outre indiqué   que « Mabrouk Soltani a déclaré avoir collaboré avec l’armée nationale sous la menace, selon une vidéo publiée par les terroristes, le  lendemain du crime », ajoutant que « les  meurtriers  cherchent, par cette vidéo, à justifier leur crime odieux et manifester leur allégeance au groupe terroriste auquel ils appartiennent »

Certains observateurs ont également réagi à ces déclarations pour dire que la collaboration avec les militaires contre les terroristes n’est pas une honte, bien au contraire c’est un militantisme pour la défense de la patrie.

«  On nous a dit que le jeune homme   a été décapité parce  qu’il a refusé de se faire enlever ses chèvres. Ce n’est pas ce qu’on apprend en regardant la vidéo. Il a été tué parce qu’il défendait sa patrie. Sa patrie  est beaucoup plus chère que ses chèvres. On aurait aimé qu’on nous le dise, notre fierté aurait été plus grande. Il n’y a pas de honte à collaborer avec l’Armée pour l’aider à pister les terroristes », a déclaré Issam Chabbi, leader à Al Joumhouri.

On peut toutefois douter  que les déclarations du  jeune martyr n’aient pas été extorquées sous la menace. En regardant bien la vidéo, on peut aisément remarquer qu’il avait les mains liées derrière le dos.

Toutefois, le jeune martyr a fait preuve de courage, devant cet acte ignoble. Son cousin  a assisté à la scène de décapitation l’a affirmé, bien qu’il fût sous le choc. 

Sa famille est fière de lui et demande que Justice soit faite, non pas de la manière dont les choses ont été présentées par certains médias qui cherchent à instrumentaliser la misère et le malheur des autres, mais en mettant l’accent sur l’oubli  dont fait  l’objet cette région défavorisée, où  a jailli la première étincelle de la Révolution en décembre 2010, avec Mohamed Bouazizi, qui, quoi qu’en disent certains antagonistes, s’est sacrifié  pour que vivent ses compatriotes d’une  manière plus digne.

En réalité, les causes profondes  de ce drame, sont la pauvreté et  la misère qui sévissent dans cette région et qui sont en nette croissance.

Des jeunes du même âge que la victime, ont déclaré aux médias à cette occasion qu’ils sont coupés du monde  car ils manquent d’eau, qu’ils vont chercher dans la montagne. Or c’est là qu’ils sont désormais exposés aux terroristes qui peuvent facilement les soudoyer, voire les attirer, ou les recruter. 

C’est le pire qui est à craindre.  Voilà pourquoi le jeune berger est un martyr qui n’a pas cédé aux terroristes ni aux chantages,  mais  qui s’est sacrifié pour sa patrie et non pour ses chèvres.

Ahmed NEMLAGHI