La mise à niveau de l’agriculture d’abord - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 20 Avril 2018

Suivez-nous

Apr.
20
2018

Accord de libre échange Tunisie-Union européenne

La mise à niveau de l’agriculture d’abord

Vendredi 30 Octobre 2015
نسخة للطباعة
«La Tunisie a largement entamé la phase des études préalables aux accords, mais doit mener d’autres études»/«L’UE a accepté les principes d’asymétrie et de progressivité… et a mis à la disposition de la Tunisie 300 mille euros tout en prévoyant un budget
La mise à niveau de l’agriculture d’abord

La mise à niveau du secteur agricole et l’adoption d’une véritable politique agricole tunisienne ont été fortement  recommandées hier, en tant que mesures préalables à la conclusion d’un accord de libre échange approfondi (ALECA)  entre la Tunisie et l’Union européenne. La Tunisie qui a abrité du 19 au 23 le round zéro des négociations, a «largement entamé la phase des études» préalables à ses accords et aura besoin de mener d’autres études conformément aux décisions du  dernier conseil ministériel tenu sur cette question, a  affirmé le secrétaire d’Etat chargé de la pêche Youssef  Chahed lors d’un séminaire tenu au Kram, sur l’impact de  l’ALECA sur le secteur agricole, en marge du Salon international de l’agriculture, du machinisme agricole et  de la pêche. Cette phase précède celle de l’arbitrage, d’où  l’importance du débat qui se déroule actuellement, sur ce sujet qui engage l’avenir du pays, a-t-il dit, notant que  le partenaire européen doit mettre l’accent en cette étape politique, sur l’intérêt de la conclusion d’un accord entre une vieille démocratie (UE) et une jeune démocratie  (la Tunisie). Pour le secrétaire d’Etat, l’ALECA doit d’abord être  soumis au principe de «l’asymétrie» compte tenu de la  disparité existant entre les deux parties (Tunisie et  l’UE) ainsi qu’à à un deuxième principe découlant du premier à savoir la progressivité ce qui implique une période d’adaptation avec au programme des mesures  d’accompagnement pour atténuer l’impact négatif des accords sur certaines activités ainsi que des clauses de sauvegarde. « La Tunisie présentera également une liste de produits sensibles exclus de l’accord, a-t- encore dit, notant que le gouvernement tunisien est animé d’une forte volonté et de grandes ambitions quant à la conclusion de cet accord dont l’exhaustivité constitue un facteur clé de réussite.

De son côté, le vice président de l’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche Omar Behi, l’ALECA constitue  une occasion pour mettre à niveau l’agriculture en Tunisie ce qui nécessite l’engagement de réformes structurelles dans ce domaine.

Cependant ni le plan quinquennal (2016/2020), ni la loi de finances de 2015 ne traduisent  une volonté d’engager ces réformes, contrairement aux  promesses faites pendant les élections précédentes par  tous les candidats, a-t-il dit sans davantage de  précisions. La réforme du secteur agricole doit toucher le volet foncier avec notamment, l’augmentation de la durée du bail agricole de 3 ans actuellement, à 9 ans au moins et  la facilitation de l’accès au financement et la réduction  du taux de crédit agricole au TMM seulement. Il a également, recommandé la nécessité d’encourager l’acquisition des terres agricoles, de faciliter les procédures administratives et d’imposer des conditions  pour l’accès au métier.

Pour M. Bahi, des arbitrages s’imposent en ce qui  concerne la subvention du secteur et l’agriculteur doit  être traité en tant qu’acteur économique et non pas en  tant que cas social comme c’est le cas actuellement. Selon Michaela Dodini chargée du dossier de l’ALECA à la délégation de l’Union européenne à Tunis, les négociations sur l’ALECA constituent un processus qui a commencé depuis  deux ans mais dont le calendrier n’a pas été encore fixé

Il ne s’agit pas de négociation économique classique  mais vise notamment, le rapprochement réglementaire entre  les deux pays a-t-elle dit, affirmant que l’UE consciente de la sensibilité du secteur, a accepté les principes  d’asymétrie et de progressivité.

Elle a ajouté que l’ALECA peut stimuler les reformes structurelles précitées soulignant l’importance des études qui doivent être engagées dans ce domaine notamment en ce qui concerne l’aspect règlementaire. A cet effet l’UE a  mis à la disposition de la Tunisie 300 mille euros (1euro= 2,19 dinars) et prévoit un budget plus important pour  l’année prochaine.

Les négociations ne doivent pas traîner ou s’enliser, il faut aller de l’avant, a-t-elle conclu.

Par ailleurs, une nouvelle plateforme d’innovation a été mise en place pour rassembler tous les acteurs autour des grandes cultures, a déclaré hier  Tarek Jarrahi, ingénieur-président à l’Institut National des  Grandes Cultures. Jarrhi a fait savoir, lors d’une journée d’information sur  «l’innovation dans les grandes cultures » tenue, hier, en  marge du salon. Cette plateforme se compose de 10 unités couvrant la majorité des zones  céréalières dans tout le pays, avec pour ambition de  conjuguer les efforts des différents intervenants pour mieux vulgariser, encadrer et informer les agriculteurs sur toutes  les nouveautés dans les grandes cultures. Pour faire réussir cette plateforme, Jarrahi a souligné  qu’il faut exploiter les technologies de pointe et les moyens  de communication disponibles afin de rapprocher davantage des agriculteurs.