Le Trio aux mille couleurs - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 6 Août 2020

Suivez-nous

Aug.
7
2020

Ali Zenaïdi, Stanislav Malakhov et Olga Malakhova exposent à Saladin

Le Trio aux mille couleurs

Vendredi 31 Juillet 2015
نسخة للطباعة
Le Trio aux mille couleurs

«Couleurs d’été » est le titre de l’actuelle exposition de la galerie Saladin, à Sidi Bou Saïd. Trois peintres, trois regards. Un Tunisien et deux Russes, partageant en commun l’amour de la Tunisie, terre des couleurs et des lumières qui fascine par la beauté de ses paysages et envoûte par le charme de ses sites et de son architecture bien spécifique.

 

 Il s’agit de notre artiste chevronné Ali Zenaïdi, toujours épris du patrimoine culturel de son pays, de Stanislav Malakhov et de sa fille Olga Malakhova, les deux peintres d’origine russe, amoureux de la Tunisie et dont les travaux retracent les merveilles de ce pays, laissant à chacun son propre style et sa propre vision des lieux qu’ils avaient transposés sur leurs toiles respectives, vantant le merveilleux paysage de ce pays nord-africain au climat méditerranéen et glorifiant la joie de vivre dans ses contrées.

Cette exposition met en relief les « couleurs de l’été » de notre pays : chacun de ces trois artistes exprime à sa façon ce qu’il ressent à travers les charmants paysages offerts par la nature, caractérisés par les couleurs chatoyantes des plages, des mers, des montagnes, des déserts  et des oasis… Le ciel et son azur, le lever et le coucher du soleil, les sables dorés de ses plages, tout cela fait émaner des lumières splendides.

Olga s’intéresse surtout dans cette exposition aux différents aspects de la vie, du patrimoine à Gafsa, ville du sud tunisien où elle a élu domicile depuis plusieurs années. Elle évoque aussi le tissage traditionnel dans cette région en représentant le klim gafsien sous forme de bandes  où l’on peut voir une multitude de signes et de symboles renvoyant à l’histoire, à la géographie et à l’architecture de cette contrée du sud. Aussi peut-on voir sur ces bandes de klim un Tanit, une mariée, un chat, un chameau, un palmier, un panier, un poisson, la main de Fatma, comme pour conjurer le mauvais œil, et autres motifs qu’on retrouve généralement reproduits sur ce tapis traditionnel. On peut aussi voir ce tableau de fer forgé intitulé « Fenêtre de mon enfance », cette fenêtre dont l’artiste rêvait, étant toute petite, et qu’elle a vue un jour à Gafsa. « Comme c’est bizarre, s’exclama l’artiste, de retrouver un jour la chose qu’on a tant imaginée pendant son enfance ! » Cet autre tableau est dédié à l’artiste Ali Zenaïdi, son compagnon de parcours, dont elle adore les travaux sur le patrimoine culturel. Encore un tableau qui représente une corde à linge où sont accrochés des vêtements et sur laquelle se posent quelques oiseaux : « J’adore ces cordes à linge que je vois partout dans les balcons des maisons à Gafsa ! », nous a confié Olga. Dans tous ces travaux, l’artiste a adopté des techniques mixtes, sauf que pour les petits formats, elle a eu recours à l’aquarelle. Son style s’inscrit dans un registre moderniste puisqu’elle essaie de dépasser un peu le vécu et le quotidien en y mettant de sa créativité et de sa fantaisie.

Les toiles exposées par l’artiste Ali Zenaïdi  nous rappellent l’été tunisien, ses couleurs et ses lumières, à travers les scènes maritimes et nautiques où l’on voit les estivants, les baigneurs et les promeneurs s’adonner aux plaisirs de la meret du soleil, à en juger par l’expression de leurs visages, leur gaieté, leur amour de la vie et surtout à travers les couleurs claires et éclatantes utilisées par l’artiste qui dénotent l’espoir et la foi en un avenir meilleur défiant ainsi certains esprits chagrins et rétrogrades qui veulent mener les Tunisiens vers l’obscurantisme et l’extrémisme leur inculquer la culture de la mort. L’artiste peint également la vie à la médina, ses habitants, ses métiers artisanaux et son architecture. En témoignent les titres comme « « Famille à la plage », « Fruits d’été », « Rencontre matinale », « Vendeurs de pastèques », « Place Halfaouine », café à Houmt Souk »… La quasi-totalité des tableaux proposés sont peuplés de femmes et ce n’est pas par hasard si l’artiste a un certain penchant pour le sexe faible, car, nous a-t-il confié, les femmes sont les muses inspiratrices de toute œuvre artistique !Ali Zenaïdi propose 24 grands-formats et 12 petits-formats  où il fait appel à plusieurs techniques en allant  de l’acrylique vers le pastel en passant par la peinture à huile. En regardant les toiles de l’artiste se faufilent devant vos yeux des scènes authentiques de la famille tunisienne et différents aspects de la vie traditionnelle dans nos contrées.

Si Ali Zenaïdi fixe les choses d’un œil intérieur en se voyant dedans afin de mieux décortiquer leur réalité et , son ami le peintre Stanislav Malakhov scrute les lieux visités d’un œil plutôt extérieur  dans la mesure où il essaie de reproduire ce qui lui reste dans la mémoire de ce qu’il a visité et contemplé en sillonnant le pays du nord au sud, tel un voyageur qui écrit son carnet de voyage. C’est que le visiteur est surpris par la splendeur des paysages de la Tunisie transposés sur les différentes toiles de cet artiste, lesquelles toiles rendent vraiment hommage à la nature riche et diversifiée de la Tunisie. Le peintre nous invite à voyager à travers les paysages de Chébika, Midès, Zriba, Cheneni ou encore Kélibia, Mahdia et Kairouan. Etant attaché à la peinture figurative, il s’exprime dans ses travaux sur la nature tunisienne et ses splendeurs dans un style plutôt réaliste.

Hechmi KHALLADI