« La volonté politique et l'application des règles et lois du marché pourront assainir ce secteur profondément atteint » - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 20 Janvier 2021

Suivez-nous

Jan.
22
2021

Tourisme : Abdou Belgat, expert international en tourisme au Temps:

« La volonté politique et l'application des règles et lois du marché pourront assainir ce secteur profondément atteint »

Mardi 26 Mai 2015
نسخة للطباعة

*  « Ma proposition est  que l'Union Européenne fasse une donation à la Tunisie sous forme de compensation pour les préjudices qu'elle a subis dans sa démarche d'ouverture vers la démocratie ».

 

Diplômé de l’Université Paris Dauphine, Abdou Belgat est l'Ancien Ambassadeur du Groupe Accor & Directeur en charge des projets spéciaux Afrique-Moyen-Orient.Il est aujourd’hui Président-fondateur de B.C.Consulting (cabinet d’audit et d’expertise).Expert International,  il est également le Vice-président de l’Association Francophone des Experts et Scientifiques du Tourisme(AFEST) et de l’Association Mondiale pour la Formation Touristique et Hôtelière (AMFORTH) Abdou a bien voulu analyser la situation du tourisme tunisien à la veille de la haute saison touristique
Tout d’abord comment évaluez-vous 2015 ?
A mon avis, l'année touristique 2015 s’annonce très difficile pour la Tunisie. Un touriste est un double investisseur. Il  investit son argent. Ce sont ses fonds propres et non ceux de  la société qui lui payent son billet ou son séjour. Il économise, il travaille pour cet investissement.  Il investit son temps, et celui de son entourage. Pour le touriste, donc, tout est lié à l'argent et le temps. Il est grand temps de faire évoluer la définition d'un Touriste, car ce même touriste est aussi un investisseur. Pour les pays qui ont envie de se développer dans le tourisme, il est grand temps qu'ils revoient un petit peu leur copie et de ne plus se focaliser essentiellement sur les flux, le nombre de nuitées ...... A mon  sens, et dans ce contexte là, ce qui vient de se passer en Tunisie aura des répercussions sur ce secteur vital du pays.
 
Avant la sécurité, faut –il investir dans l’environnement et l’innovation du parc hôtelier ?
Bien entendu. Ces deux  chantiers sont à mener conjointement. L’environnement est un chantier permanent qui implique tout le monde, à commencer par les citoyens. L’hygiène, la propreté, la protection et la valorisation du patrimoine, la protection d’écosystèmes  sont des sujets qui ne sont pas négociables. Des politiques de sensibilisation existent, de nombreux pays, de grandes organisation mondiales les ont appliquées et réussies. La Tunisie en est capable mais surtout peut en être un exemple de référence. Le Parc hôtelier tunisien est, depuis les années 2000, en panne d'innovation, un record!!! La crise profonde qui frappe aujourd’hui, ce grand secteur régalien du pays en est une des conséquences. Or, dans un monde en perpétuel mouvement, toute absence de politique d'innovation conduit indubitablement vers le manque d’intérêt des consommateurs notamment dans le domaine du tourisme & de l’hôtellerie. L’innovation demande et exige de l’investissement, notamment: Recherche, Financement, Moyens .Sans Prospective, La Tunisie n'a pas su évaluer à temps les conséquences et les risques.
Les hôteliers n’ont pas de trésorerie. Les banques rechignent à  leur accorder des crédits. Comment sortir de ce blocage ?
Nous venons de présenter une des causes, celle ci est une des réponses à votre question. Pour sortir de ce blocage, je ne vois qu'une seule issue: la volonté politique et l'application des règles et lois du marché pour assainir ce secteur gravement malade.
 
Le produit tunisien est devenu le produit le moins cher en Méditerranée. Faut-il subir encore la pression des TO et brader les prix ?
Il est le moins cher certes, mais aujourd'hui le touriste exige plus. Le prix n'est plus la seule référence. Les TO s'inscrivent uniquement dans une démarche purement financière, leur pression d'obtenir plus ne doit surprendre ou émouvoir personne. Le Tourisme tunisien, aujourd'hui sérieusement affecté, ne se trouve pas dans une position confortable pour repousser ces assauts. Continuer de brader les prix dans un environnement difficile, sans réfléchir à une véritable vision pour ce secteur d’activités, permettra de  détériorer encore plus l'Image du Pays.

Pensez-vous que l’Occident, notre  marché émetteur traditionnel, tourne le dos à la Tunisie ?

Je le crains sincèrement. Depuis 2011, nous constatons avec regret les errements des politiques de communication menées par les responsables en charge de ce secteur qui semblent mal comprendre les nouvelles tendances de ce marché important. A vouloir courir uniquement derrière des statistiques pour combler les vides était une erreur. Cela continue.

L’Algérie, est-ce une alternative pour limiter la casse ?

Oui, incontestablement. Mais attention, comme je l'ai indiqué à des Dirigeants du Pays et de ce secteur, encore récemment lors du SITEV ( 14 au 17 Mai) à Alger, le marché algérien aujourd'hui Premier marché émetteur avec plus de 1,2 millions de touristes ne peut être considéré comme " roue de secours ".C'est un marché porteur et d'avenir pour la Tunisie; il doit mériter la plus grande attention de l'Etat, de son administration et de son peuple compte tenu des liens exceptionnels, historiques et fraternels entre les 2 Nations.Veiller au meilleur accueil notamment à leur arrivée aux postes frontaliers est une mesure urgente qui exige des moyens indispensables pour éviter des dérapages.
Comment la Tunisie doit-elle communiquer en cette période de crise ?
Je n'ai pas de leçon à donner. Mais les erreurs de casting pour choisir le bon pilote disposant de toutes les aptitudes humaines et professionnelles dans ce secteur régalien, complexe et difficile, n'ont pas facilité la tâche notamment avec les professionnels du secteur. L'AFEST ( Association Francophone des Experts & Scientifiques du Tourisme) et l'AMFORTH ( Association Mondiale Pour la Formation Touristique & Hôtelière ) se sont mobilisées en 2013 / 2014 pour apporter BÉNÉVOLEMENT leur savoir et savoir faire en cette période de crise. Vice Président de ces 2 Instances Internationales et mondiale, j'avais cru en la volonté de la Ministre Karboul d’échanger au moins sur les 20 propositions de sortie de crise émises par l'AFEST. Nous avons assisté à une Communication de Selfies !!!!!
 
Le tourisme tunisien manque de vision et de visibilité. A qui en incombe la faute ? Aux professionnels qui ne voient rien venir où à l’administration ?

Je confirme avec regret ce point et invite à revenir sur l'origine de ce mal profond.
La Tunisie est un véritable pays touristique qui compte dans le bloc euro-méditerranéen qui regroupe 29 Pays. Il en est l’épicentre. Au vu de la nouvelle stabilité du Pays et de son entrée dans le Club restreint des Démocraties, Une Vision dotée de véritables politiques stratégiques s'impose aujourd’hui. De mon point de vue, cette vision ne peut être insufflée que par le plus haut sommet de l'Etat.
 
Quelles mesures prendre selon vous pour éviter que la saison n’aboutisse à un fiasco? Je viens de dire il y a un instant que le touriste peut être considéré comme un double investisseur en termes d'argent et en termes de temps. Mettons nous à la place de ce père de famille qui travaille et économise pendant 11 mois. Ne pensera-t-il pas à se retrouver en famille en toute sérénité et profiter de son temps et de son argent?

 Oui mais il y a aussi l'acte solidaire qui peut redynamiser les flux touristiques vers la Tunisie ?

 Soyons objectifs et ne jouons pas sur les mots. Vous savez quand vous prenez un chéquier et que vous commencez à signer, vous réfléchissez quand  même à deux fois .Vous consultez les sites professionnels, vous écoutez ce qui se dit autour de vous, vous notez la réaction des enfants, la perception de la famille etc.... Donc c'est difficile. La saison de mon point vue est compromise. Je suis navré de le dire. Si on compte sur la solidarité internationale pour dire « tel ou tel va venir seulement par solidarité », moi, je n'y crois pas. La réalité des faits est que le touriste voyagera tout le temps et ne se cantonnera pas chez lui mais avant de dire « je vais vers  tel endroit » il va choisir parmi plusieurs destinations. Or, vous savez mieux que quiconque, aujourd'hui les propositions de séjours affluent, de nouvelle destinations se positionnent, la Croatie, la Turquie. Les destinations de référence, hier lessivées, aujourd'hui se relancent comme la Grèce, L'Espagne, et d'autres. La concurrence est dure et rude, car aujourd'hui ce n'est  pas uniquement le prix qui conduit au choix final de la destination. D'autres paramètres importants sont à retenir, la stabilité du pays et de la Région,  la sécurité, l'accueil et la qualité du service, l'environnement etc... C'est plein de choses  qui vont autour car tout simplement dans ce monde qui bouge très vite  ou trop vite , les structures socio-mentales du touriste ont fondamentalement changé.

Comment aider la Tunisie ?

 Si  on me dit comment peut-on aider la Tunisie, c'est très simple. Il est clair que les touristes seront hésitants à venir en Tunisie, après cet attentat meurtrier. Nous devons l'avouer, la situation est bien plus complexe.
Aujourd'hui, j'invite l'Union Européenne à dépasser le cadre des promesses et passer à l'action par des engagements concrets et durables. Nous estimons enregistrer pour 2015 un recul de l'ordre de deux millions de touristes; en considérant 500 euros en moyenne de dépenses séjour par personne, cela nous donnera 800 millions à un milliards d'euros de préjudice.  L’Union européenne qui a donné des milliards d'euros pour sauver la Grèce ou l'Espagne ne peut elle pas aider la Tunisie ! Un pays voisin, stratégique pour le Bloc Euro méditerranée et considéré de nos jours :"Partenaire privilégié".
Ma proposition est  que l'Union Européenne fasse une donation à la Tunisie sous forme de compensation pour les préjudices qu'elle a subis dans sa démarche d'ouverture vers la démocratie. Ce montant, une fois accordé, sera injecté dans le secteur du tourisme sous forme de Programmes de restructuration, de remise à niveau, de rénovation de musées, de centres d'accueil, de formations etc.... Les Chantiers sont nombreux et importants pour gagner la confiance et assurer la stabilité d'un pays, d'une région, d'une Zone. Gérée directement par l'UE aux côtés de la plus haute autorité de l'Etat, avec l'assistance des grandes institutions d'experts reconnues: AFEST, AMFORTH, OMT etc...Cette Donation représente une action concrète qui s'inscrit dans l'Espérance d'un pays qui le mérite.

Kamel BOUAOUINA