«#Je suis Tunisien, # Je suis Tunisie, #Je Suis Bardo» - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 3 Mars 2021

Suivez-nous

Mar.
3
2021

Vaste campagne de solidarité internationale avec la Tunisie sur la Toile…

«#Je suis Tunisien, # Je suis Tunisie, #Je Suis Bardo»

Samedi 21 Mars 2015
نسخة للطباعة
- Des milliers d’internautes promettent de passer leurs vacances en Tunisie l’été prochain

Suite à l’attaque terroriste qui s’est produite mercredi au musée du Bardo, faisant 22 morts  dont 20 touristes étrangers et 42 blessés selon un bilan officiel, les internautes du monde entier ont lancé une campagne de solidarité avec la Tunisie et de soutien à l’industrie touristique durement affecté par cet acte barbare.
 Sur Twitter, Facebook ou encore des blogs et des sites communautaires des simples citoyens, des militants associatifs, des artistes et des hommes politiques postent depuis mercredi après-midi des messages de solidarité et de compassion, avec  les mots-clé «#Je suis Tunisien», « #Je suis Tunisie» ou encore «#Je suis Bardo », inspirés de «Je suis Charlie», l’expression de ralliement à la suite des attentats perpétrés contre les journalistes et dessinateurs de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo à Paris début janvier dernier.
Ainsi, le  Premier ministre Manuel Valls a écrit son sur compte Twitter « Nous sommes tous Tunisiens #Je suis Tunisien».
La secrétaire d’Etat chargée du développement et de la francophonie Annick Girardin a, quant à elle, posté le message suivant: «Horrifiée par ce carnage et solidaire avec la Tunisie. La France sera toujours aux cotés des victimes du terrorisme #Je suis tunisien».
Beaucoup de personnalités politiques, de journaliste et d’artistes se sont joints à ce grand élan de solidarité. Il s’agit, entre autres, de Pouria Amirshahi, député des Français de l’étranger, de l’animateur télé Sébastien Cauet et  du  réalisateur et journaliste Serge Moati.
Selon le site d’analyse Topsy, «#Je suis Tunisien» a suscité plus de 13.000 tweets en un seul jour. Le hashtag  était toujours en tête des trending topics (sujets les plus partagés) en France hier.
«Ne pas laisser la Tunisie seule dans ces circonstances difficiles »
D’autres messages de soutien au tourisme tunisien, qui génère 7% du  produit intérieur brut  et fait vivre un dixième de la population, ont aussi inondé la Toile. De nombreux internautes se ont, dans ce cadre, posté leurs photos avec des pancartes à la main indiquant la date durant laquelle ils comptent se rendre en Tunisie, pour inciter les touristes à ne pas céder à la psychose consécutive à la sanglante attaque terroriste.
De nombreux internautes tunisiens et étrangers ont,  d’autre part, crié leur colère contre le titre «assassin» d’un article paru mercredi après-midi sur le site du quotidien français «Libération» («C’est fini la Tunisie, c’est fini le tourisme») y voyant un coup de poignard dans le dos de la Tunisie qui a été toujours été l’une des destinations  touristiques favorites de français. Ces internautes ont aussi rappelé  que les Tunisiens étaient très solidaires avec la France lors de l’attentat terroriste contre «Charlie Hebdo».
Sous la pression des lecteurs, «Libération » a finalement changé le titre de son article par  «On savait qu’ils frapperaient, mais ici...»
Très choqués par le carnage du musée du Bardo à Tunis, des journalistes et des internautes algériens ont, par ailleurs,  lancé sur Facebook une page intitulée «Les Algériens aiment la Tunisie» avec un appel à exprimer la solidarité par une présence plus grande cet été dans l’unique pays en voie de démocratisation dans le monde arabe.  
«La bataille contre le terrorisme en Tunisie concerne l’Algérie de manière directe. C’est une bataille à mener par le renseignement, par les armes  mais aussi par l’économie. Il ne serait pas sage de laisser la Tunisie seule dans ces circonstances difficiles…», a notamment écrit l’éditorialiste algérien Nadjib Belhimer.              

                           
Walid KHEFIFI