Quand la littérature s’industrialise et se démocratise - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Aug.
18
2019

Parution.. «Création littéraire et discours social à l’ère de la littérature industrielle»

Quand la littérature s’industrialise et se démocratise

Jeudi 19 Février 2015
نسخة للطباعة

L’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (ISSHT- L’ancien Lycée Ibn Charaf) vient de publier les Actes du Colloque international « Création littéraire et discours social à l’ère de la ‘’littérature industrielle’’ », organisé les 8, 9 et 10 décembre 2011 par le Département de Français et l’Unité de Recherche ‘’Poétique théorique et pratique’’. L’ouvrage réunit vingt-cinq communications portant presque toutes sur des auteurs du XIXème siècle, et ce en rapport avec deux événements majeurs qui ont marqué cette période, à savoir la révolution romantique et la révolution industrielle. Ces deux faits historiques aux implications profondes ont modifié et les rapports sociaux et la vie intellectuelle en France. D’autre part, le développement de la presse va ouvrir une ère médiatique décisive dans la reconfiguration du paysage littéraire et artistique de l’époque, dans la diffusion et la réception des œuvres et dans la modification de la condition de l’écrivain et de l’artiste. C’est pour cela que le colloque ‘’Création littéraire et discours social à l’ère de la littérature industrielle’’ se concentre autour de « la connexion concrète et active entre l’objet littéraire et l’objet social ».

L’ouvrage est réparti en cinq grands volets intitulés respectivement : développement industriel et création artistique ; littérature et journalisme ; renouvellement des formes, transformations génériques ; courants et contre-courants romantiques ; héritages, intertextes. Il va sans dire que chacun des articles présentés dans le cadre du colloque présente un intérêt certain ; cependant, parmi les communications que nous avons particulièrement appréciées figurent celles d’Alain Vaillant sur ‘’le romantisme à l’ère de l’intermédialité’’, de José Luis Diaz intitulée ‘’Industrialisation et désacralisation de l’écrivain’’, de Gleya Maâtallah sur ‘’Balzac et la presse en procès’’, de Brigitte Diaz à propos du rapport entre George Sand et ses lecteurs, de Marceline Lecomte sur la littérature et la consommation de masse, de Monia Kallel sur Flaubert et le journalisme et celle d’Edgar Pich intitulée ‘’Pierre Bourdieu et la reconfiguration de la littérature dans les années 1850’’.

Badreddine BEN HENDA

 

* Création littéraire et discours social à l’ère de la littérature industrielle, édité par L’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis, Février 2015, prix public : 15 dt

Mots-clés: