Les écoles de la misère - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Apr.
20
2019

Délégation de Regueb

Les écoles de la misère

Mercredi 18 Février 2015
نسخة للطباعة
Les écoles de la misère

Les écoles d’Essaida et du Regueb de manière générale, soufrent comme c’est le cas de l’intégralité des établissements scolaires dans les zones défavorisées, d’un manque grave en termes d’hygiène et de logistique. Les victimes sont en premier lieu les enfants et ensuite le cadre enseignant. 

Dans la majorité de nos écoles rurales, l’eau potable est une denrée rare, voire un luxe !  

Ces établissements sont à l’image de toute la localité : misère, délabrement et conditions de scolarité très difficiles. Quand le dénuement le plus absolu se conjugue avec l’absence d’hygiène, les enfants sont exposés aux plus grands dangers. Rien que le cas de l’écolière âgée à peine de 5 ans morte après avoir contracté l’hépatite A parce que son école est dépourvue d’eau potable, en est la preuve fulgurante. La situation est plus que préoccupante.

La scolarité des écoliers se déroule dans des conditions déplorables : infrastructure désuète, bâtiments en piteux état, absence d’hygiène et une eau potable inexistante. Ce qui explique les cas d’hépatite A signalés depuis des mois : L’eau que boivent tous les jours les écoliers de ces établissements scolaires est celle des puits.

Il conviendrait de rappeler que les cas des enfants atteints par cette maladie sont nombreux. Les directeurs des écoles primaires de la région Essaida ont déjà sonné le tocsin depuis octobre dernier. Rien qu’aux établissements scolaires «Tahar Haddad» et «Brahmia» de la délégation de Regueb, 11 cas d’Hépatite A, ont été signalés. La nouvelle a été pourtant démentie  par le médecin responsable à la Direction de la santé préventive qui relève de la Direction régionale de la santé publique de Sidi Bouzid. Il a fallu quelques mois pour prouver la véracité des propos des directeurs d’écoles : la mort de la fillette de 5 ans par cette même maladie.

 

A Essaida.. Habib Essid : La situation nécessite une intervention d’urgence

 

 

La situation déplorable à Essaida (délégation Regueb/Gouvernorat de Sidi Bouzid) nécessite une intervention d’urgence, a soutenu le chef du gouvernement, Habib Essid.

En visite à «El Ghaba sawda», dans la délégation de Regueb, il a indiqué que sa visite a pour objectif de prendre connaissance de près des préoccupations des citoyens dans les différentes régions, en particulier celles de l’intérieur.

Le chef du gouvernement a effectué une visite à l’école primaire d’»El Ghaba sawda» pour s’informer des conditions de travail des enseignants et de leurs préoccupations. Il était accompagné du ministre de la Santé, Saïd Aïdi.

Il s’est, également, rendu chez la famille de l’élève, récemment décédée des suites d’une hépatite, et écouté les doléances de ses parents. Ces derniers se sont plaints des conditions de vie et du manque d’hygiène à l’origine, selon eux, de la mort de leur fille. Ils ont appelé à accorder davantage d’intérêt au système de santé dans la région et aux conditions de scolarité.

Habib Essid s’est, ensuite, rendu au centre de santé de base d’Essaida et écouté les propositions des habitants concernant la transformation du centre en un hôpital, la création d’un service d’urgence et le recrutement d’un médecin permanent, en plus d’une ambulance.

 Plusieurs jeunes de la localité ont demandé au chef du gouvernement d’œuvrer pour améliorer la santé et  l’infrastructure routière et à protéger la ville contre les inondations. Ils l’ont, également, exhorté à trouver des solutions aux problèmes du chômage et au manque de ressources.

Une marche de protestation a eu lieu au centre ville d’Essaida à laquelle ont participé plusieurs habitants. Les manifestants protestaient contre la détérioration des services de santé.

Melek LAKDAR