Assurances et réassurances - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 14 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
14
2018

L’éditorial

Assurances et réassurances

Jeudi 22 Janvier 2015
نسخة للطباعة

La semaine en cours est cruciale, pour l’aboutissement des derniers pourparlers au sujet de la liste des membres retenus pour le prochain gouvernement. Béji Caïd Essebsi et Habib Essid, les architectes de l’opération, savent à quoi s’en tenir et connaissent bien les difficultés et les pièges des tractations de dernière minute. Le comportement de l’UPL, en est un exemple édifiant. Après la rencontre hier de son président avec Habib Essid, ce jeune parti a décidé de bouder les débats. La liste avait été bel et bien bouclée. Cette attitude révèle combien est fort l’appétit du pouvoir. Or le pays retient son souffle et les Tunisiens ont besoin d’être rassurés. C’est que le slogan initié par Béji Caïd Essebsi «  la Patrie avant le parti » est loin d’être partagé par tous les protagonistes. Si le parti réfractaire veut imposer ses  choix, il ne peut aller jusqu’au bout, d’autant plus qu’il est dans une position de faiblesse, en dépit de son poids électoral. N’étant pas accepté par tout le monde, sans Nida il aura fort à faire pour devenir fréquentable. La composition du gouvernement étant bouclée, ce « parti » ne pourra que se plier. Il est dans une impasse, puisque ses problèmes internes ne sont un mystère pour personne. Afek Tounès, lui aussi, est insatisfait. Pourra –t-il, par dépit, se ranger dans l’opposition et refuser de participer au gouvernement ? Jamais, folie des postes oblige.  Les défis actuels imposent une autre manière de négocier. L’équipe gouvernementale devra les relever. Le peuple attend des résultats concrets. Et les vieilles méthodes ne sont plus efficaces, car les réformes à réussir sur un horizon de cinq ans exigent des sacrifices de la part de tous les partis politiques, chacun en rapport avec son poids réel, et de toutes les catégories sociales, chacune proportionnellement à ses moyens. Les prochains ministres et secrétaires d’Etat iront occuper leurs postes en apportant avec eux, les qualités requises pour être  un leader modèle, quelles que soient leurs origines professionnelles, cadres, dirigeants, directeurs généraux, universitaires. Ainsi, ils feront le succès et la fierté de la Patrie par leur clairvoyance, promptitude, efficacité et discrétion.

Au final, avec la fin de la période de tâtonnement et d’hésitation et la publication de la liste des membres du prochain Gouvernement, une éclaircie apparaît dans un ciel, auparavant brumeux et plein de nuages à cause de trois années de vaches maigres sous la direction de la défunte Troïka. Les Tunisiens peuvent respirer mieux. Ce nouveau gouvernement consacrant les valeurs de la deuxième République, les rassurera. En s’en tenant aux objectifs de la Révolution du 17 Décembre-14 Janvier, les investisseurs auront les horizons bien clairs. Retroussant les manches !

Hassine BOUAZRA