Les professeurs durcissent leur contestation - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Mar.
19
2019

Enseignement secondaire

Les professeurs durcissent leur contestation

Mercredi 21 Janvier 2015
نسخة للطباعة
Les professeurs durcissent leur contestation

Le syndicat général de l’enseignement secondaire a tenu, hier, au siège de l’Union générale tunisienne du travail, un point de presse au cours duquel son secrétaire général, Lassâad Yacoubi, a expliqué les raisons qui ont déterminé le syndicat à décider l’escalade dans le mouvement de contestation des professeurs du secondaire, ces derniers jours. Il a justifié cette escalade par le refus du ministère de l’Education de mettre en application les accords conclus avec le syndicat concernant les revendications professionnelles des professeurs et enseignants des écoles préparatoires et des établissements secondaires et « son revirement à propos des engagements qu’il avait pris à ce sujet. », ce qui a causé, selon lui, l’échec des négociations menés avec ses services et poussé les professeurs du secondaire à choisir l’intensification de leurs actions de contestation.

Il a indiqué que pour tous ces facteurs, le syndicat général de l’enseignement secondaire a décidé d’appeler les professeurs et les enseignants des écoles préparatoires et des établissements secondaires de la Tunisie à observer une nouvelle grève de travail de deux jours, les mercredi et jeudi 21 et 22 janvier 2015, dans l’ensemble des écoles préparatoires et des établissements secondaires du pays, avec la programmation d’une autre grève de deux jours pour les 17 et 18 février, entrecoupées par un rassemblement national des professeurs du secondaire devant le siège de l’Assemblée des représentants du peuple le jeudi 22 janvier et d’un rassemblement similaire le 18 février à la place du gouvernement à la Kasbah.

Ces nouveaux mouvements font suite à la grève de deux jours observée par les professeurs du secondaire les 26 et 27 novembre 2014 et le boycottage des conseils de classe pour le premier trimestre.

Le syndicat a décidé, en outre, d’entrer dans une grève administrative à la fin du deuxième trimestre, en attendant de fixer les formes qu’elle prendra.

A cet égard, le secrétaire général du syndicat de l’enseignement secondaire a réaffirmé l’attachement du syndicat aux revendications professionnelles des enseignants du secondaire, dont en particulier l’amélioration de la situation matérielle érodée des enseignants du secondaire à travers une majoration exceptionnelle de leurs salaires propre à atténuer la détérioration de leur pouvoir d’achat qui a reculé, depuis 2011, de plus de 13 point, a-t-il noté, selon une étude faite par le syndicat.

Les demandes des enseignants du secondaire comportent, en outre, l’accélération de la mise en application des clauses des accords conclus avec le ministère de la jeunesse et des sports au profit des professeurs d’éducation physique dans les écoles préparatoires et les établissements secondaires, notamment les accords du 3 juin 2013 et du 8 septembre 2014. Lassâad Yacoubi a indiqué que le syndicat a envoyé des lettres à maintes reprises à ce sujet au ministère de la jeunesse et des sports mais il n’a reçu aucune réponse.

Mesures unilatérales

Le syndicat général de l’enseignement secondaire réclame, en outre, l’ouverture d’une consultation « sérieuse et responsable » sur la réforme du système éducatif avec la participation de tous les intervenants et à leur tête les syndicats, parallèlement à l’augmentation du montant des différentes indemnités et primes spécifiques dont bénéficient les professeurs du secondaire. 

   Sur un autre plan, Lassâad Yacoubi a fait part de l’opposition du syndicat aux mesures prises par le ministère de l’Education concernant le rétablissement des concours et la révision de la méthode de calcul de la moyenne à l’examen du baccalauréat, qualifiant ces mesures « d’unilatérales et d’improvisées », ce qui a provoqué le mécontentement des élèves car elles visent uniquement à réduire le nombre des admissions à l’examen du baccalauréat.

Salah  BEN  HAMADI