Les députés de l’ANC affichent leur union - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Mar.
21
2019

Face à un avenir incertain

Les députés de l’ANC affichent leur union

Mercredi 21 Janvier 2015
نسخة للطباعة
Les députés de l’ANC affichent leur union

Presque deux mois après qu’ils eussent assuré la passation aux députés de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), les députés de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), ou quelques-uns d’entre eux, se sont réunis dans la journée du vendredi, 16 janvier 2015. 

Une réunion qui avait pour objectif d’étudier les possibilités de mettre en place une association ou un organise qui rassemblerait tous les députés constituants afin qu’ils restent regroupés et qu’ils ne soient pas oubliés.

Afin d’avoir plus de détails, Le Temps a contacté quelques-uns des députés présents à ladite réunion.

Comme c’est Karima Souid qui avait annoncé la tenue de cette rencontre, en publiant un tweet, nous avons pris l’initiative de l’approcher. L’ex-députée semblait indisposée pour notre appel et a refusé de répondre à nos questions en expliquant que les concernés ont pris la décision de ne pas faire de déclarations. Nous lui avons expliqué que nous disposons d’autres propos que nous ont confiés d’autres députés, chose à laquelle elle a répondu que « cela m’est égal que vous disposez d’autres déclarations, moi je n’en donne aucune ». On n’a pas eu le temps de répliquer puisque la bonne dame nous a raccrochés au nez.

Heureusement que ce rejet était un cas isolé. Madame Souad Abderrahim, députée constituante du mouvement d’Ennahdha, a bien voulu nous donner quelques détails. Elle nous a affirmé que pas moins de 80 députés ont assisté à ladite rencontre. Ils ont débattu la meilleure structure pour leur initiative qui sera soit une association soit un ONG. Madame Abderrahim nous a affirmé que l’une des principales missions de cette initiative sera de contrôler les travaux de l’ARP et de veiller à ce que l’application et le respect de la Constitution soient maintenus au détail près. La députée constituante a ajouté qu’une deuxième rencontre allait avoir lieu afin que la structure finale de cette initiative soit décidée.

Pour NajlaBouriel, les députés de l’ANC sont les fondateurs de la deuxième République, de ce fait, le dénigrement et les accusations dont ils sont victimes sont intolérables. « Nous vivons des campagnes de diffamation et de dénigrement de la part d’une grande majorité des médias, cela ne peut pas continuer parce qu’au final, c’est nous qui avons mis en place la nouvelle Constitution tunisienne. La plupart des médias ou des personnalités publiques, pour parler de nous, disent les ‘ex-députés’, nous ne sommes pas des ex-députés mais des députés constitutifs, il n’y a pas eu de nouvelle ANC pour nous qualifier d’anciens députés. »

Par ailleurs, la députée de l’Alliance Démocratique a expliqué que cette nouvelle initiative aura un timbre académique. « Comme nous avons assisté à toutes les étapes de la mise en place de la nouvelle Constitution, comme nous avons discuté et voté tous les articles un par un, nous pouvons, s’il est souhaité, être consultés par les députés de l’ARP ou par toute autre personne ou organisme qui aurait besoin d’aide sur ce point. » A la question de si cette initiative aurait un rôle de contrôleur des travaux de l’ARP, madame Bouriel a répondu que non. « Nous n’avons pas à superviser les travaux de l’ARP, il y a des commissions constitutionnelles qui ont été mises en place dans ce but, ce n’est pas notre rôle et il ne faut pas que cela soit le cas. Une majorité des présents à la rencontre ont voté contre cette idée et, au cas où cela est quand-même décidé, je ne ferais plus partie de cette initiative. » En ce qui concerne les premiers traits de cette initiative, N. Bouriel a expliqué que trois commissions ont été mises en place afin de réfléchir sur la meilleure forme de l’organisation et afin de mettre en place son règlement intérieur.

En outre, la députée de l’Alliance Démocratique a tenu à signaler que plus de 25 députés de l’ANC se trouvent aujourd’hui dans des situations délicates. « Nous avons des députés qui n’ont pas réussi à se réintégrer dans la roue économique. En rejoignant l’ANC, nous avons tous dû quitter nos postes, certains d’entre nous n’ont pas réussi à les retrouver après presque quatre ans de travail à l’ANC. Certains de ces députés au chômage ont des familles à leur charge et leurs situations se compliquent de plus en plus. Nous avons besoin de se sentir unis comme nous l’avons été auparavant. Malheureusement, le président de l’ANC, Mustapha Ben Jaâfer, n’a pas prévu de stratégie permettant à tous les députés d’assurer leur réintégration, plusieurs se retrouvent aujourd’hui à cours d’issue. »

JdidiSbouï, député du Courant de l’Amour, a expliqué que l’initiative avait pris forme sur Facebook où un ‘groupe secret’ avait été créé afin de maintenir la relation entre les députés. Peu à peu, l’idée de la rencontre a eu lieu pour que naisse l’idée de l’initiative.

« Nous sommes les fondateurs de la nouvelle Constitution tunisienne, et même si nous (les députés du Courant de l’Amour) avons voté contre cette Constitution, nous en sommes tout-de-mêmes fiers et nous dénonçons ces campagnes de dénigrement dont nous sommes victimes depuis un bout de temps. »JdidiSbouï a expliqué que cette initiative sera une référence pour tous ceux qui seraient intéressés par les détails de la Constitution tunisienne. Il a assuré que des comités de contrôle des travaux de l’APR pourraient être déployés. Pour le député du Courant de l’Amour, ce ‘manque de reconnaissance’ pour ceux qui ont écrit la Constitution était inadmissible et doit être stoppé. Par ailleurs, JdidiSbouï nous a confié que quelques députés ayant été reconduits à l’ARP ont assisté à cette rencontre, comme MongiRahoui ou encore Mehdi Ben Gharbia.

Salma BOURAOUI