Du beignet au bijou ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

May.
23
2019

Du beignet

Du beignet au bijou !

Dimanche 18 Janvier 2015
نسخة للطباعة

Quel rapport, diriez-vous entre un beignet et un bijou ? Aucun, n’est-ce pas ? Mais si, il y en a un…à savoir l’aide-ménagère. Pas encore pigé ? En tout cas, c’est grâce à elle pourtant qu’on a pu faire le rapprochement !

Bref, trêve de plaisanterie et voyons de quoi il en retourne exactement. C’est la mésaventure vécue récemment par une dame à El Menzah 5, une dame que les charges professionnelles ont accaparée, au point de l’empêcher de s’occuper de son intérieur régulièrement. Aussi, a-t-elle eu recours à une femme de ménage pour la décharger un tant soit peu des tâches quotidiennes, à l’exception cependant de la cuisine dont elle fait une propriété privée, ou si vous voulez une zone interdite à toute personne, y compris les membres de sa famille. C’est qu’elle en fait pratiquement un hobby, un dada avant tout autre chose !

La femme qui lui a été recommandée par une connaissance, n’a certes pas fait preuve de dévouement exemplaire, ni se montrant, non plus, d’une activité débordante, mais elle était du moins de bonne volonté dans l’accomplissement de son travail, au point que la maîtresse de céans passait l’éponge sur quelques écarts, il faut dire sans grande importance. Même lorsqu’elle l’a surprise une fois en train de prendre un beignet dans la kitchenette, puis une autre fois alors qu’elle se risquait à prendre des biscuits ! Compatissante, voire même complaisante, elle l’a laissé faire sans broncher, pas même une petite remarque ou une quelconque allusion à des disparitions de choses et d’autres.

Seulement voilà, quelque temps plus tard, ce fut au tour d’une bague de se volatiliser, de disparaître du coffret où l’employeuse gardait ses bijoux ! Là alors, c’en fut trop, car on en est arrivé à un stade où on ne pouvait plus jouer l’autruche, d’autant que le bijou en question avait une valeur sentimentale inestimable pour elle, s’agissant en effet d’un joyau de la famille qui a été porté par sa mère et sa grand-mère. Pis encore, elle allait également s’apercevoir de la disparition d’une petite somme d’argent.

Bien qu’elle soit convaincue de la culpabilité de son employée, la dame aurait pourtant tenté de trouver un terrain d’entente avec la femme, lui proposant de lui rendre son bien, en contrepartie d’une non dénonciation, mais en vain ! En désespoir de cause, elle s’est résignée à aller porter plainte, ce qui lui a permis de récupérer sa bague, quant à la somme d’argent, elle a été bien entendu dilapidée…

A.M

Mots-clés: