Marzouki : «Béji Caïd Essebsi est hautain et narcissique» Riposte de Lazhar Akremi : «La Tunisie est un roman et Marzouki n’y est qu’une virgule» - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 19 Août 2018

Suivez-nous

Aug.
19
2018

Les maux des mots

Marzouki : «Béji Caïd Essebsi est hautain et narcissique» Riposte de Lazhar Akremi : «La Tunisie est un roman et Marzouki n’y est qu’une virgule»

Samedi 15 Novembre 2014
نسخة للطباعة

Le ton monte et des candidats vilipendent les autres dans des shows marqué par des écarts de langage sur fond d’invectives au nom de certaines idéologies et des visions (c’est leur conviction, nous l’espérons) pour la Tunisie.
De toute évidence la guerre des mots est en train de se déployer entre les candidats Marzouki et Caïd Essebsi. Cette guerre est relayée par les réseaux sociaux ce qui est susceptible de verser dans le populisme de caniveau. Dans les démocraties évoluées on s’affronte sur les concepts, sur les programmes on brandit même des dossiers
compromettant pour l’adversaire, mais les insultes ne sont pas de leurs moeurs.
On a eu à en découdre avec le mot à la mode « Taghout », Terme désormais inusité et banalisé parce que sorti de ses connotations étymologique.
Les dernières frondes en date ont été « lancées» par le candidat Marzouki sur les ondes de « Chems F.M ». Il a déclaré que le peuple n’élira pas le candidat de Nidaa Tounès, Béji Caïd Essebsi parce que dit-il « Essebsi est le prolongement naturel du régime qui a torturé les gens durant cinquante ans. Il a aussi affirmé que Béji Caïd Essebsi à Carthage signifie le retour de la dictature dans un nouvel habillage parce que, toujours selon lui, celui qui s’est abreuvé dans la dictature ne saurait s’improviser démocrate. »
Marzouki a aussi conseillé à Béji Caïd Essebsi de se départir de son « côté hautain et narcissique ». Il a aussi averti que Nidaa Tounés causera des problèmes s’il est élu à la présidence.
Dans sa riposte, Lazhar Akremi a déclaré à notre consoeur Assabah en ces termes. « Je conseille à Moncef Marzouki de dormir tôt et de lire l’histoire des grands leaders pour qu’il s’en inspire. Il doit faire preuve de sang froid en cette période cruciale pour le pays et de délaisser la culture de l’invective qui risque de se retourner contre lui». Il a enfin déclaré « que la Tunisie est un roman et que Marzouki n’y est qu’une virgule ».

 

(d’après Assabah Wajih Ouafi)