Ainsi va notre sport - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
19
2019

Ligue 1

Ainsi va notre sport

Mardi 11 Novembre 2014
نسخة للطباعة

 

L’énième show de Houcine Jenaïeh

Au cours d’une première intervention sur les ondes d’une chaîne privée puis d’une seconde faite devant la caméra d’Al Watania 1, Houcine Jenaïeh a tenu des propos incohérents à travers lesquels le commun des mortels a compris qu’il s’en prend, sans les nommer, à toutes les parties impliquées dans la gestion de la compétition nationale : fédération, ligue nationale, commissaires de matches, clubs, arbitres dans le seul et unique but de freiner, de freiner selon lui, la marche de l’Etoile SS vers le sacre. Ce genre de contre vérités devient d’actualité après chaque faux-pas de l’équipe sahélienne en football notamment. 

Il y a du vrai dans ce qu’il a rapporté concernant la direction de quelques rencontres par un arbitrage frisant la partialité manifeste  mais douter de la victoire du C.A. Bizertin  (7ème journée) et de la validité du but réalisé par l’Espérance ST dimanche dernier, c’est aller trop vite en besogne. 

Il est bien dommage que le responsable de l’Etoile SS n’est pas à sa première incartade. L’équipe sahélienne a besoin de dirigeants plus responsables, plus posés, plus pondérés à l’image de son paternel notre ami Othman Jenaïeh. L’exemple que doit suivre le jeune Houcine.  

Quand Hichem Guirat persiste et signe

La moviola a été instaurée dans l’émission sportive  pour faire la lumière sur la validité ou non de quelques actions  litigieuses après le déroulement de chaque journée. Or, il ne se passe pas d’émission sans que Guirat fasse des siennes par le biais de contres vérités. 

Rien que dimanche soir, il a tenu mordicus à dire et à répéter contre toute logique que le but du jeune Chaalali était précédé d’une faute sur Balbouli, or il n’y avait pas faute. Ce n’est pas tout dans la mesure où il a persisté en déclarant à trois reprises qu’il n’y avait pas penalty sur l’action qui a vu Belbouli s’opposer irrégulièrement devant Harbaoui qui filait vers ses buts « Belbouli n’a fait que toucher le ballon de la main » a-t-il martelé. Et ce, à la grande surprise des présents sur le plateau.

Le grand perdant après ce genre de contre- vérités, n’est autre que le jeune Guirat, fils de Hichem, pourtant appelé à une brillante carrière d’arbitre mais qui, malheureusement, ne se trouve pas dans la bonne école.

Dérives et violence au stade de Radès

La presque totalité des rencontres se déroulant à Tunis et impliquant l’Espérance ST est entachée de graves dérives entre supporters du même club, celui portant les couleurs « sang et or ».

Un drôle de manège que nous avons vécu, de nouveau, dimanche dernier dans les gradins, côté virage, du stade olympique de Radès. Dérives d’une grande gravité avec l’échange de fumigènes, l’utilisation de bâtons et plus préoccupant encore des sièges que l’on a arrachés sans la moindre opposition.

L’intervention des services de sécurité a mis un terme à ces manifestations de violence qui n’ont rien à voir avec le sport, intervention accompagnée de quelques arrestations. Toujours est-il que c’est le club qui va payer la facture outre l’outrage porté à la réputation de l’association. Ainsi va notre sport.

R.B.A

Mots-clés: