CSHL - EGSG - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Jul.
18
2019

Ligue 1

CSHL - EGSG

Samedi 8 Novembre 2014
نسخة للطباعة
CSHL - EGSG

Côté hammam-lifois

Jamais deux sans trois ?

La courte défaite concédée la semaine dernière contre le CA a eu comme conséquence immédiate une dégringolade des verts de la cinquième à la huitième place. La frustration était à son comble à Hammam-Lif car l’arbitre Sadok Selmi aurait accordé un pénalty des plus flagrants aux Banlieusards que le match aurait connu à coup sûr une autre issue. Maintenant cette douloureuse page est tournée et Buscher s’est employé dès la reprise des entrainements à rehausser le moral dans les chaussettes de ses protégés les exhortant à redoubler d’effort et à gommer de leur esprit cette criarde injustice. Le chemin est encore très long et les occasions de rachat sont tellement nombreuses à venir et surtout à saisir au vol à commencer par cet après-midi. Les deux premières apparitions  à la maison ayant été couronnées de succès contre les ASD (2-1) et SG ( 1-0), enchainer donc par une troisième victoire histoire de ne pas démentir ce vieil adage stipulant «  jamais deux sans trois » !

Des Gafsiens acculés au mur 

Les Gafsiens qui voguaient par le passé toutes voiles dehors alignant régulièrement leurs adversaires que ce soit dans leurs murs ou en déplacement ont énormément perdu de leur aura et trainent lamentablement à la traine de la hiérarchie. Une défense passoire figurant parmi la plus faible du lot, une attaque amorphe et surtout un moral chancelant. Pour couronner le tout et comme si ce tableau n’était pas suffisamment alarmant, voilà que le Ligue d’infliger une lourde suspension de 5 semaines à leur entraineur Nabil Kouki. Donc à priori et selon le conviction générale prévalant à Hammam-Lif, l’affaire est dans le sac et la victoire est réglée d’avance comme du papier à musique en faveur des locaux. Mais attention, acculés au mur, les centristes en stage depuis 12 jours  à Gammarth sont en mesure de se rebiffer et de créer la sensation du tour en venant à bout des verts au cas où ces derniers fouleraient  la pelouse avec la victoire déjà acquise, dans la poche.

Les mises en garde de Buscher 

Gérard Buscher en vieux briscard n’a eu de cesse durant cette semaine de mettre en garde les siens contre toute forme de relâchement. L’adversaire quoique fermant la marche n’est pas à prendre par-dessus la jambe. Il est à respecter et à aborder avec tout la concentration et tout le sérieux requis. La moindre distraction pouvant être exploitée à bon escient par les Lachkham, Chwaya, et autre Wilfred, donc fatale. Pas de changements notables à enregistrer parmi le onze rentrant à aligner contre les centristes. Messaoudi relèverait cependant Meskini dans la couverture et Kasdaoui  très en verve dans les entrainements pourrait figurer comme titulaire avec Hassen Mbarek faisant les frais de cette option au cas où le Français l’adopterait.

Formation probable : Larbi Mejri, Amine Mhadhbi, Saif Kanzari, Amine Sfaxi, Sayfallah Hosny, Walid Messaoudi, Zied Ziadi, Saifeddine Meskini, Michael Buscher, Didier Libry, Ismaïl Diakité.

Mohamed Sahbi RAMMAH

Côté gafsien

L’heure du réveil ?

Les journées se suivent et se ressemblent pour les pauvres inconditionnels centristes soumis depuis l’entame de l’exercice au terrible régime des douches écossaises à chaque sortie de leurs couleurs que ce soit à la maison ou en déplacement. Résultat des courses, une peu reluisante dernière place en compagnie des insulaires mais avec un match en moins, la belle affaire ! Pareil standing n’a jamais cadré avec les gafsiens et ne sied nullement à leur glorieux passé où ils semaient la terreur là où ils se produisaient faisant mordre la poussière aux meilleurs même en déplacement. Qu’ils sont lointains désormais ces savoureux souvenirs cédant la place à la désillusion, à l’amertume, au désenchantement, au doute. Pour corser le tout, voilà que la Ligue d’infliger une lourde sanction de privation de banc de cinq semaines à leur entraineur Nabil Kouki. C’est vous dire si la situation ne vire pas au cauchemar avec des horizons des plus sombres en perspective.

Ascendant psychologique des hôtes 

Déjà l’année dernière, les Hammam-Lifois se sont payés le luxe de balayer les centristes à deux reprises à Gafsa même avant de récidiver au Zouiten (0-2 et 1-0). Que dire alors quand ils évoluent dans leur municipal fétiche où depuis leur retour à la maison ils ont aligné deux victoires pour autant de sorties ? Ils seront difficiles à contrer voire à aller chercher soutenus par leur imposante cohorte et tenant mordicus à prolonger leur série rose « at- home ». 

Mouiller le maillot !

Khaled Bennour a tenu globalement  le discours suivant à ses protégés avant cette dure et non moins pathétique confrontation où il est impensable de dilapider le moindre point : Les choses étant ce qu’elles sont, entendre  au plus mal, il appartient donc essentiellement aux joueurs et rien qu’à eux de se défoncer à fond la caisse pour sauver les meubles ou ce qu’il en reste. Ce sera une confrontation « homérique » où ni tactique, ni plans, ni tableau noir n’entreront en jeu. Une guerre des tranchées avec comme seul et unique objectif gagner tous les duels, ne concéder aucun espace à l’adversaire, défendre becs et ongles toutes les parcelles du terrain et attaquer avec l’énergie du désespoir sans le moindre répit. Ce n’est que de la sorte qu’ils pourront espérer "peut-être" bousculer les locaux et les faire bouger. Vaste programme mais les joueurs assument l’entière responsabilité de cette hécatombe de déboires et il leur appartient désormais à eux seuls de redresser la barre et de sauver la barque d’un naufrage annoncé. Tout le reste n’est que littérature.

Formation probable: Khemaies Thamri, Ayoub Tlili, Haythem Mhamdi, Alaeddine Bouslimi, Khalil Guesmi, Bassem Nafti, Achraf Zitouni, Amine Abbès, Aschanti Uriah, Hassen Chwaya (Chakib Lachakham), Wilfred Evans.

MSR