Désormais, sa place est dans les gradins ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Nov.
14
2019

CSS.. N’Dong joue avec le feu

Désormais, sa place est dans les gradins !

Vendredi 7 Novembre 2014
نسخة للطباعة
Désormais, sa place est dans les gradins !

Poursuivant sa « rébellion » contre son club, N'Dong continue de briller par son absence à l'entraînement et de ce fait il ne sera pas, ce dimanche, avec le groupe à Bizerte. Il n'échappe plus désormais à ses employeurs et au public « Noir et Blanc » que le joueur gabonais par ses incessants caprices et écarts de conduite cherche à précipiter la rupture avec son club pour endosser la casaque d'un grand club de la capitale. Il y a lieu de noter que N'Dong est lié au CSS jusqu'au 30 juin 2017 et que toute partie prenante de ce joueur âgé d'à peine vingt deux ans  devrait négocier  son recrutement avec Lotfi Abdennadher. Mais entretemps N'Dong devra selon une source sfaxienne digne de foi se contenter, jusqu'à nouvel ordre, d’une place dans les gradins. 

Hadda, un joueur qui confirme au fil des matches 

La formation sfaxienne n'a pas donné l'impression de souffrir de l'absence de N'Dong.  Ce joueur, un pur cru de l'Espérance de Tunis, a  étalé des qualités certaines avec son nouveau club qui l'a fait venir de l'autre Espérance du sud lors du dernier mercato d'été. Titularisé au cours des derniers matches contre la JSK et l'USMo, Hadda fut à chaque fois plébiscité meilleur joueur sur le terrain. Avec de la persévérance et le labeur qui le caractérisent Hadda, de l'avis même de son entraîneur, ne tardera pas à s'imposer qu'élément clef de l'équipe.

Trois semaines de repos pour Kouakou

Dés son entrée en jeu au cours de la seconde mi-temps du match contre l'USMo disputé dimanche dernier pour le compte de la 10ème journée, le demi offensif ivoirien Kouakou a contracté une blessure sous forme d'une élongation musculaire. Selon le docteur de l'équipe Habib El Euch doit observer un repos de trois semaines avant de pouvoir reprendre du service.

Ameur KERKENNI

Mots-clés: