• Lassâad Dridi: « Pourtant,la victoire était à notre portée» - • Khaled Ben Yahia « On aurait pu tuer le match après le premier but» - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
8
2019

Un point à l’honneur du ST face à l’EST:

• Lassâad Dridi: « Pourtant,la victoire était à notre portée» - • Khaled Ben Yahia « On aurait pu tuer le match après le premier but»

Dimanche 2 Novembre 2014
نسخة للطباعة
Un point à l’honneur du ST face à l’EST: • Lassâad Dridi: « Pourtant,la victoire était à notre portée» - • Khaled Ben Yahia « On aurait pu tuer le match après le premier but»

Un match avancé de la 9ème journée, celui de vendredi dernier entre le Stade Tunisien et l’Espérance ST dont on ne retiendra que la seconde mi-temps. En effet, la première période de jeu n’a été guère intéressante dans la mesure nous avons assisté à un jeu approximatif hormis ses vingt premières minutes de jeu au cours desquelles chaque équipe aurait pu prendre l’avantage au score sur les rares opportunités que chacune d’elles a pu s’en procurer.

 Le jeu pratiqué durant le reste des 45 minutes initiales a été de piètre qualité car marqué par une moisson de mauvaises passes, de ballons balancés sans destination précise et une absence totale de créativité. Curieux quand on sait que Stadistes du Bardo et « Sang et Or » étaient devant l’obligation du résultat.

De l’engagementdu rythme et quatre buts marqués

 A la surprise générale, la seconde mi-temps allait nous réconcilier avec un football de bien meilleure qualité à partir du moment où les joueurs des deux camps ont fait preuve d’une meilleure concentration avec un jeu plus posé fait de passes courtes et de triangulations. Il y avait du rythme, de l’engagement et quatre buts marqués en l’espace de vingt minutes. Les « Sang et Or » ont contrôlé une grande partie de cette période en se créant moult opportunités d’ouvrir le score. Alors que, côté stadiste, les contres ont souvent mis à mal les défenseurs du camp adverse.

Les deux formations ont terminé le match sur un score de parité comme elles étaient en mesure de l’emporter. La satisfaction de Lassaad Dridi était visible à l’œil nu au coup de sifflet final : « Je ne suis guère surpris par le volume du jeu développé par mes joueurs dans la mesure où ils ne font que progresser au fil des matches. Il est vrai que les bonnes conditions de travail prévalant pendant les entraînements ont largement contribué à cette progression permettant aux joueurs de pratiquer un football moderne. Face à l’Espérance de Tunis, il fallait continuer à y croire jusqu’au bout car la victoire a été à notre portée. Le point récolté est, néanmoins, bon à prendre et permet au Stade Tunisien de rester parmi les équipes du haut du classement. Il nous faudra continuer à travailler avec le même sérieux et le même état d’esprit ; dans lequel cas, elle ira encore plus loin».

 Voilà pour un Lassaad Dridi qui récolte les fruits de son travail mais surtout le respect de ses joueurs à travers cette complicité qui s’affiche après chaque but marqué.

Le gâchis des attaquants« sang et or»

L’Espérance ST, a raté, encore une fois, l’occasion de se rapprocher encore plus du trio composant le haut du tableau. La formation alignée vendredi était identique à celle qui a rencontré l’E.S. Métlaoui, une première pour Khaled Ben Yahia. Encore une fois, l’équipe de Bab Souika a été victime du gâchis de ses attaquants qui ont été, de nouveau, Akaïchi et à un degré moindre D’Njeng. Le premier, mis à trois reprises en excellente position de marquer, a trouvé à chaque fois l’occasion soit de manquer le cadre soit de faire un mauvais contrôle du ballon et le perdre. Reste à savoir si Khaled Ben Yahia continue à croire ou non en ces deux joueurs se limitant à analyser succinctement le cours de la rencontre au cours du point de presse d’après-match : « Le partage des points n’est certes pas l’objectif visé cet après-midi mais il n’empêche. Je suis satisfait, d’une part, du volume de jeu développé par les joueurs, leur meilleure application et leur motivation. Rien à voir à ce qu’ils ont démontré quelques jours plus tôt devant l’ES. Métlaoui. Je reste, d’autre part, préoccupé par cette absence d’opportunisme, en dépit des deux buts marqués. Car, encore une fois, la concrétisation aurait pu être bien meilleure au vu des opportunités crées durant les deux périodes de jeu. Nous aurions pu « tuer » le match après le premier but et éviter la perte de deux points précieux. Je ne termine pas sans mettre l’accent sur la force de caractère de tout le groupe, facteur qui lui a permis d’égaliser alors que beaucoup parmi les présents n’y croyaient plus».

 Voilà pour une Espérance ST dont les joueurs continuent à allier le bon et le moins bon en attendant que le travail effectué à chaque séance d’entraînement finit par donner ses fruits. L’entraîneur « sang et or » n’a pas manqué de le signaler.

Rafik BEN ARFA

        

Suite aux slogans hostiles à l’EST: Anouar Haddad réagit

Suite aux slogans hostiles à l’Espérance Sportive de Tunis chantés par une poignée de supporters manipulés et qui ne font pas honneur à l’école qu’est le Stade Tunisien le président stadiste Anouar Haddad a d’abord réagi énergiquement à ces énergumènes puis en soirée il nous a contactés et nous a priés de présenter toutes ses excuses à ses voisins ‘sang et or’. Aussi nous-a-t-il priés de rapporter aux sportifs en général et aux espérantistes en particulier qu’il se réunira avec tous les membres du comité des supporters «aux fins de découvrir ces mal élevés et mal éduqués, et leur interdire à l’avenir l’accès aux stades.» Le président est allé plus loin «je suis à la tête d’une école sportive, et j’ai grandi devant des phénomènes du volontariat que tout le monde connaît, et comme eux, je ne permettrai jamais à ces médiocres de déshonorer notre cher club, et déconsidérer nos relations avec tous les clubs.» Tout à l’honneur de Anouar Haddad. Le sport est et reste synonyme de fraternité, d’amitié et de bon voisinage.

Spectateurs particuliers

Le derby joué vendredi a été rehaussé par la présence du sélectionneur Georges Leekens qui était venu pour superviser quelques joueurs nous a-t-on dit. Aussi, d’une source autorisée il parait que Karim Aouadhi auteur d’une sortie époustouflante lui a beaucoup plu. Sera-t-il convoqué au prochain stage ? Nous le saurons très bientôt. Autre spectateur attentif ayant assisté à la rencontre, invité par ses amis Anouar Haddad, Raouf Guiga, et Mohamed Dérouiche, l’homme politique Saïd Aydi. Il a voulu passer dans l’anonymat mais il a été reconnu par bon nombre de stadistes qui lui ont présenté toutes leurs félicitations à l’occasion de brillant succès aux législatives.

MA

Mots-clés: