«Le départ de Nabil Kouki en Libye est de l’intox... d’ailleurs, il me l’a affirmé» - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
12
2019

EGSG.. Khaled Bennour assure et rassure

«Le départ de Nabil Kouki en Libye est de l’intox... d’ailleurs, il me l’a affirmé»

Samedi 1 Novembre 2014
نسخة للطباعة
«Le départ de Nabil Kouki en Libye est de l’intox... d’ailleurs, il me l’a affirmé»

La nouvelle a fait le tour de la Tunisie sportive telle une trainée de poudre plongeant notamment le centre dans la consternation : Nabil Kouki  l’entraineur d’El Gaouafel quitterait le club à la fin du match des siens demain à La Marsa à destination du club Al Ittihad Libyen. Le président du bureau exécutif d’Al Itthad Ezzeddine Bizane affirmant que toutes les formalités relatives à ce transfert avaient  été accomplies en ce sens et que Kouki entamerait son travail en Libye dès l’entame de la semaine prochaine avec un stage programmé en Tunisie dans trois semaines. Nous avons pris attache avec le président Gafsien Khaled Bennour pour nous éclairer sur cette affaire. Déclaration : 

Kouki ignore tout 

« J’ai eu vent comme tout le monde de cette nouvelle. De suite je suis entré en contact avec mon entraineur en stage à Gammarth avec le groupe depuis jeudi pour préparer notre match contre l’ASM. Il m’a solennellement affirmé sur l’honneur ne pas être au courant de cette affaire et n’avoir eu le moindre contact avec les Libyens. Son agent aurait été approché sans plus. Il a souligné avec force qu’il se trouvait très bien et à son aise à Gafsa et m’a juré  ne point compter changer de cap. S’agissant d’un homme de parole et d’une correction exemplaire, j’ai personnellement gommé cette éventualité de mon esprit en exhortant mes poulains à se concentrer sur leur match de ce Week-end les assurant que leur entraineur ne les quitterait pas. Car faut-il le reconnaître, cette possibilité a en quelque sorte cassé l’ambiance à Gammarth semant le doute et l’incertitude dans l’esprit de mes protégés pourtant partis en stage très tôt pour une meilleure concentration sur leur sujet ». 

Mohamed Sahbi RAMMAH

Mots-clés: