Un point positif plutôt aux Stadistes ! - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
11
2019

Ligue 1.. Hier en match avancé.. ST - EST (2-2)

Un point positif plutôt aux Stadistes !

Samedi 1 Novembre 2014
نسخة للطباعة
Un point positif plutôt aux Stadistes !

Synopsis

Stade Olympique d’El Menzah

Temps maussade et frisquet, mais bon pour un match de football

Assistance : moins que celle autorisée

Pelouse en bon état

Arbitrage correct de Slim Jedidi, assisté par Mohsen Ben Slem et Farouk Ben Farhat

4ème arbitre : Oualid Badri

Commissaire du match : Aouaz Trabelsi 

ST/EST : 2 - 2

Buts de : ST : Marzouki (70ème), Aouadhi sur penalty (8Oème)

ESTcoulibaly (60ème), et Harbaoui sur penalty (82ème)

Formations des deux équipes :

ST : Amdouni – Ben Ali – Béjaoui – Dridi – Rouid – Alex – Aouadhi – Jelassi – Marzouki – Boudhiaf – Ernest

EST : Ben Cherifia – Afful – Ben Akremi – Dhaouadi – Jabeur – Ragued – Coulibaly – Chaâlali – Harbaoui – Akaïchi – Niang 

Joueurs avertis : EST : M’barki, Ben Akremi

Changements : ST : Boudhiaf par Baghdadi, Ernest par Landolsi

EST : Afful par M’barki, Niang par M’hirsi, Akaïchi par Jouini

Un grand classique comme ST/EST ou vice versa a toujours procuré des bouffées de chaleurs, que se soit aux uns ou aux autres. Le genre de match, voisinage oblige, qui est assez fort en frissons. Pour le moment, les deux clubs ne sont pas au vert, le club recevant n’a pas trop d’ambition sinon le maintien, le club ‘visiteur’ accuse un déficit comptable énorme et cherche à le combler. Voici un peu le topo général de la situation dans les deux camps avant le coup d’envoi de ce derby qui n’en est franchement plus un.

Une mi-temps insipide

Le derby tant attendu par les puristes a bien tenu ses promesses dans l'ensemble, même si en ce qui concerne la première tranche du jeu, il n'y avait grand chose à dire. Pourtant, toutes les conditions étaient réunies pour que cette  confrontation entre les deux voisins soit à la hauteur des aspirations escomptées. Si l’on devait résumer en deux mots cette première mi-temps ce serait certainement : inefficacité. Et là, les ‘sang et or’ ne doivent s’en vouloir qu’à eux-mêmes s’ils ne sont pas arrivés à forcer le verrou stadiste. Leur domination était nette et ne souffrait d’aucune contestation. Pendant que les espérantistes démarraient pied au plancher, les stadistes eux n’étaient visiblement pas encore sorti des vestiaires. Vers la 9ème minute, Niang se déjoue de sa sentinelle très facilement mais bute sur Amdouni qui efface un but tout fait. Une minute après une réaction timide stadiste au terme de quoi Marzouki, en bonne position, ne trouve pas le cadre. Pendant dix minutes le jeu se concentre au milieu du terrain, et les déchets étaient nombrables surtout côté ST. A la 18ème Marzouki, encore lui, manque de force dans sa tentative, et Ben Cherifia se couche et arrête sans le moindre dégât. Pendant le dernier quart d’heure on a vu quelques lueurs dans la grisaille qui sévissait. Vers la 33ème, Akaïchi avait pris toute la défense stadiste de vitesse, et au lieu conclure, il préfère servir. Ce n’était pas le bon choix, puisqu’il n’y avait personne à la réception. La réponse stadiste ne s’est pas fait attendre. Une minute après une belle action chorale pouvait connaître un meilleur sort mais Ben Cherifia veillait bien au grain. L’EST aurait pu très bien regagner les vestiaires avec un avantage dans sa musette si Ragued avait été plus concentré.

Une deuxième colorée

Au retour des vestiaires, le rythme de part et d’autre avait monté d’un cran, et au bout de quelques minutes, l’EST s’était installée carrément dans la moitié de terrain stadiste, mais tous ses essais étaient voués à l’échec. Le plus sérieux a été vu à partir de l’heure de jeu. Les camarades de Ben Cherifia avaient failli inaugurer la marque mais la tête de Coulibaly, servi par le revenant Ben Akremi, se perd dans la nature. Ce n’était que partie remise puisque deux minutes après le même joueur, ne rate pas le caviar offert par ce diablotin de Harbaoui. 

L’arrière garde stadiste multipliait les erreurs, et l’Espérance n’en tirait pas profit. Dix minutes après elle l’a regretté, puisque Marzouki permet aux siens de revenir au score et de quelle manière. Un but qu’on voit rarement dans nos stades. Un corner mal négocié par la ligne arrière ‘sang et or’, et un marquage élastique permettent au dit joueur stadiste d'être auteur d'une bicyclette on ne peut plus spectaculaire qui fit mouche. Cinq minutes après Akaïchi loin du niveau qu’on lui connaît, vendange une occasion en or pour doubler la mise, en marchant sur la balle. 

Il était seul devant des filets vides. Vers la 77ème Ben Cherifia efface un but tout fait, suite au tir de Béjaoui. Du grand art. La domination espérantiste était nette, mais derrière on concédait beaucoup d’espace, ce dont a profité Jelassi auteur d’une chevauchée fantastique vers la 80ème. Arrivé dans la surface adverse il avait tenté de servir un de ces camarades mais ‘en cours de route’ sa balle a été interceptée par un bras de Dhaouadi. Le penalty était indiscutable. Aouadhi n’a pas raté l’aubaine. Deux minutes après, Dridi, totalement hors du coup, commet une erreur de débutant dans sa surface, quand il pouvait faire autre chose. L’erreur sur Coulibaly était grossière pour ne pas être relevée. Harbaoui avait remis les pendules à l’heure. Les dernières minutes et le temps additionnel étaient passionnantes, mais le Fort Apache  stadiste n’a pas cédé. Amdouni était impérial.  

 

Hamdi Kesraoui et Ali Abdi honorés

Peu avant l’entame du match, les responsables stadistes avaient honoré les deux joueurs Hamdi Kesraoui et Ali Abdi (principaux artisans du maintien), pour tous les services rendus la saison dernière. Comme quoi les stadistes n’ont pas la mémoire courte.

MAE

Mots-clés: