Les leçons d’un scrutin - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 23 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
24
2018

L’éditorial

Les leçons d’un scrutin

Vendredi 31 Octobre 2014
نسخة للطباعة

Les élections terminées et le verdict des urnes tombé, place aux analyses profondes et exhaustives de la nouvelle physionomie qui se dessine sur l’échiquier politique et urgence pour les partis, les gagnants avant les perdants et les « grands » avant les « petits » de tirer les leçons d’un scrutin riche en surprises et instructif à plus d’un titre.

Dans l’euphorie de la victoire et l’amertume de la défaite, il n’est pas facile de voir clair et de regarder la réalité en face, mais il n’est pas difficile de saisir les significations du message populaire et de constater, pour certains partis, la gravité de la déroute et l’ampleur des dégâts.

Pour ceux-là, essentiellement, le temps n’est plus aux larmoiements et aux accusations rarement justifiées, mais aux autocritiques sereines et sérieuses et à l’adoption de nouvelles stratégies constructives et de visions collant aux réalités du pays et d’un discours à l’écoute des préoccupations des citoyens et de leurs attentes.

Et en ce virage crucial de leur histoire les citoyens revendiquent autant la sécurité, et la stabilité que la démocratie.

Des objectifs que les gouvernements post-révolution essentiellement ceux de la Troïka, n’ont pu ou manifester peu d’enthousiasme à réaliser, étant plutôt préoccupés par les privilèges du pouvoir, les discours sur l’identité, les tentatives d’islamisation d’une société qui à opté pour la voie moderniste depuis des décennies.

Ces partis payent aujourd’hui les frais de leurs erreurs et de leur fausse trajectoire. 

Et si le parti Ennahdha, sort sans grands dégâts pour avoir été sanctionné sans être humilié, les partis navigant dans son orbite laissent des plumes sans savoir s’ils pourraient s’en relever.

C’est l’une des leçons du scrutin. Elle servira assurément de leçon aux gagnants qui doivent mesurer à leur juste valeur l’intelligence et la force de riposte du citoyen. 

Pas de chèque en blanc, ni d’indulgence face aux promesses non tenues, aux déviations ou aux tentations d’accaparer le pouvoir.

Les attentes du peuple tunisien sont connues. Elles sont d’ordre économique et social avec en filigrane la restauration de l’autorité de l’Etat et l’ancrage des valeurs de la République. 

Ceux qui s’apprêtent à prendre le pouvoir sont avertis !

Lotfi OUENNICHE