Lutte contre le phénomène des jardins d’enfants et des crèches anarchiques: Les parents appelés à la vigilance - Le Temps Tunisie
Tunis Samedi 20 Octobre 2018

Suivez-nous

Oct.
20
2018

Lutte contre le phénomène des jardins d’enfants

Lutte contre le phénomène des jardins d’enfants et des crèches anarchiques: Les parents appelés à la vigilance

Dimanche 7 Septembre 2014
نسخة للطباعة
Publication par l’administration de tutelle de la liste des établissements en règle
Lutte contre le phénomène des jardins d’enfants et des crèches anarchiques: Les parents appelés à la vigilance

Bonne initiative entreprise par le secrétariat d’Etat chargé de la femme et de la famille et qui a eu un écho positif auprès des parents dans l’espoir qu’elle contribuera à diminuer les nombreux problèmes dont souffre le secteur de l’enfance et la prise en charge des petits enfants.

Le secrétariat d’Etat chargé de la femme et de la famille vient de publier sur son site WEB ( HYPERLINK “http://www.femme.gov.tn/” \t “_blank” www.femme.gov.tn) la liste nominative des jardins d’enfants et crèches d’enfants autorisés à exercer par les services administratifs concernés duSecrétariat d’Etat chargé de la femme et de la famille et ayant obtenu un reçu de dépôt du cahier de charges organisant cette activité auprès de ces mêmes services, et ce dans les 24 gouvernorats du pays.

Le secrétariat d’Etat chargé de la femme et de la famille indique qu’il met cette liste des jardins d’enfants et crèches d’enfants autorisés officiellement à exercer dans les divers gouvernorats du pays, à la disposition du public et des parents afin d’aider les parents à connaitre la situation juridique des établissements de prise en charge des enfants avant d’inscrire leurs enfants afin de réduire le phénomène d’explosion des jardins d’enfants et crèches d’enfants anarchiques et exerçant de façon irrégulière.

Les parents ont été invités à visiter l’établissement avant d’inscrire leurs enfants et à vérifier qu’il est en règle et dispose d’un reçu de dépôt du cahier de charges.

Il est à signaler, en effet, comme les responsables n’ont pas cessé de le répéter, que les services du secrétariat d’Etat chargé de la femme et de la famille ne peuvent pas procéder à l’inspection administrative et même sanitaire des jardins d’enfants et des crèches d’enfants que pour les jardins d’enfants et les crèches d’enfants en règle, alors que la lutte contre les jardins d’enfants et les crèches d’enfants anarchiques relèvent des services de sécurité comme tous les phénomènes irréguliers similaires et nécessite des procédures bien déterminées.

Autres aspects importants

La liste des jardins d’enfants et des crèches d’enfants pour chaque gouvernorat comporte le nom de l’établissement, son adresse et la délégation où il se trouve, ainsi que sa nature, c’est-à-dire s’il est un établissement appartenant à des ministères, ou à des associations et aux municipalités ou s’il s’agit d’un établissement privé. Le nombre des jardins d’enfants et des crèches d’enfants est grand mais il se caractérise par un déséquilibre entre les régions, puisque la région de Tunis dispose de près de 500 jardins d’enfants et crèches d’enfants, contre quelques dizaines dans les régions intérieures.

Les parents et le public ont été invités à signaler aux délégations régionales de l’enfance toutes les lacunes qu’ils pourraient constater dans ce domaine « afin de protéger les enfants de toutes les menaces possibles. »

Malgré son importance, l’aspect relatif à la situation juridique des jardins d’enfants et des crèches d’enfants n’est pas le seul problème dont souffre ce secteur, selon les parents. Il y a aussi d’autres aspects aussi importants et qui nécessitent l’adoption de mesures à leur sujet , à l’instar du coût élevé de l’inscription dans les jardins d’enfants et les crèches qui sont, pour la plupart, des établissements privés, créés et dirigés par des privés. Les parents ont émis, en outre, des réserves sur la qualité des services et prestations fournis par les jardins d’enfants et les crèches d’enfants, outre qu’ils se caractérisent , parfois, disent-ils, par une certaine négligence qui pourrait constituer une source de menaces réelles pour les enfants, comme il s’est produit, il y a deux ans, dans quelques jardins d’enfants à la Marsa.

Salah BEN HAMDI