Une certaine intensité lucide - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 16 Janvier 2018

Suivez-nous

Jan.
16
2018

L’éditorial

Une certaine intensité lucide

Jeudi 4 Septembre 2014
نسخة للطباعة

 

Voilà un homme qui ne campe pas sur son « inconfortable » fauteuil et qui, surtout, ne se prend guère pour l’homme de la providence. Il annonce en effet que si on l’a appelé à la rescousse une première fois pour tenir les rênes du pays, il n’y aura pas (toujours d’après sa déclaration) de deuxième fois. 

Pourtant, Mehdi Jomaâ prend à contre-pied les Tunisiens (nombreux) qui considèrent d’abord que sa période de gouvernance est brève, qui considèrent aussi qu’il a encore beaucoup à faire pour le pays et que cela requiert du temps.

Les Tunisiens, hormis un certain scepticisme récurrent dans certaines sphères, dégagent le bon grain de l’ivraie. Ils se familiarisent aussi aux approches technocrates dans la gestion des affaires du pays, ce qui rompt avec les déterminismes idéologiques et systémiques de la période de la Troïka et le lyrisme délirant auquel nous avons droit, de temps à autre, du côté de Carthage.

On se rappelle les péripéties et les tractations ayant conduit le Quartet à choisir Mehdi Jomaâ. Dans l’euphorie d’un changement de cap on ne se doutait pas de la lourdeur des dossiers dont il s’est retrouvé chargé.

Mettre, en place une stratégie anti-terroriste ; rétablir les fondamentaux de l’économie ; stabiliser un métabolisme social qui s’échauffe facilement sous les menaces de grèves et de revendications parfois intempestives, exagérées et quelque peu épidermiques et un peu trop corporatistes…

Peut-être, sans doute l’annonce qu’il ne sera plus là (janvier) s’inscrit-elle dans la logique d’une transition : un gouvernement élu prendra en effet les rênes du pays. C’est dans l’essence de la Démocratie. Sauf que la Démocratie n’exclut pas le consensus… Il reste (et cela personne ne pourra le nier) que quoique désigné pour une période bien déterminée, il aura instruit des dossiers sur le long terme. Qu’en fera son successeur à la Kasbah? 

Raouf KHALSI