Autorité meurtrière d’un patron - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Faits de société

Autorité meurtrière d’un patron

Samedi 30 Août 2014
نسخة للطباعة

Un ouvrier a été accepté à l’hôpital dans un  état comateux. Il a été fortement tabassé par son employeur qui, pour exprimer sa colère devant une tâche non exécutée à temps, s’est permis de s’armer d’un gourdin et l’utiliser contre son ouvrier. Ce dernier a été placé en suivi continu. Il avait une fracture de crâne et plusieurs hématomes et fractures dans plusieurs endroits de son corps. C’est pour cette raison que les responsables de la direction régionale des affaires criminelles ont été avisés.

Une équipe judiciaire s’est déplacée à l’hôpital pour tenter d’écouter le blessé mais cela n’a pas abouti. L’ouvrier a succombé à ses blessures.

Le juge d’instruction a ordonné le transfert du cadavre à la morgue pour autopsie puis a confié l’affaire aux inspecteurs de la brigade criminelle.

Très vite et grâce aux témoignages de quelques employés, le Maître d’œuvre a été convoqué. Il a nié avoir agressé sauvagement son ouvrier. Il a déclaré avoir agi sous l’emprise de la colère car l’ouvrier en question n’a pas été à la hauteur de la confiance qu’il avait placé en lui. Il lui a confié un travail bien rémunéré mais limité dans le temps mais l’ouvrier n’a pas exécuté son travail. Cette défaillance allait coûter cher à l’inculpé car il avait des engagements vis-à-vis de ses clients.

Il a reconnu l’avoir agressé, mais n’avait jamais considéré la gravité de son acte car il pensait que les coups n’étaient pas meurtriers. La preuve c’est qu’il avait discuté avec lui après l’agression, l’a laissé gémir et s’est dirigé pour inspecter l’autre partie du travail auprès des autres ouvriers.

Ce n’est qu’une heure plus tard qu’il a été informé que l’état du concerné est très grave. Ce n’est qu’à ce moment qu’il a chargé quelques employés de l’emmener à l’hôpital.

Par la suite il a su que l’ouvrier a succombé à ses blessures. Il a insisté à dire que jamais il n’avait pensé tuer. Seulement devant l’indécence et la riposte de la victime qu’il s’est armé d’un gourdin pour l’abattre.

L’inculpé a été placé en détention en attendant sa traduction devant une chambre criminelle pour répondre de meurtre avec préméditation.

AA