Menace sur le monde - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 19 Juillet 2018

Suivez-nous

Jul.
19
2018

L’éditorial

Menace sur le monde

Vendredi 22 Août 2014
نسخة للطباعة

 

Pour que le Premier ministre britannique interrompe ses vacances et revienne précipitamment, à Londres, c’est qu’il se passe quelque chose  de grave.

L’homme devait, effectivement, présider une série de réunions d’urgence sur la menace posée par l’Etat islamique ou Daëch. La Grande-Bretagne est plutôt inquiète parce l’homme montré sur la vidéo  en train de décapiter le journaliste américain, James Foley serait Britannique.

Et voilà, la Grande-Bretagne s’aperçoit que nombre  de ses ressortissants sont enrôlés par la plus sanguinaire des organisations terroristes de ce siècle et sont actifs dans le « jihad » en Syrie. 

Du coup,  c’est le branle-bas, non seulement, en Grande-Bretagne, mais dans plusieurs pays européens, la France, principalement, qui compte, elle aussi, des centaines de Français, sur les fronts de la terreur en Syrie et en Irak, combattant au nom de la religion dans diverses organisations terroristes au Moyen-Orient.

Le retour au pays de ces hommes initiés aux techniques de la guérilla et aux pratiques de l’horreur, devient de ce fait l’obsession d’un monde occidental qui a cru à tort que le terrorisme est à mille lieues de ses terres, juste dans les pays où on a allumé les feux de la guerre et ouvert les portes de l’enfer.

Car, qui a, en fait,  installé le terrorisme, l’a nourri et l’a renforcé dans cette région chaude du monde, si ce n’est la destruction de l’Etat irakien  et la dissolution de son armée ? Les Etats-Unis en assument, bien sûr, la plus grande part de responsabilité.

Mais, il n’y a pas qu’eux ; l’Europe, aussi, pour avoir planifié à l’affaiblissement de la Syrie, ouvrant  de grands boulevards  aux terroristes et  facilitant leurs déplacements.   Et il y a surtout   le soutien multiforme  apporté depuis de longues années  par des monarchies  du Golfe  aux jihadistes et  la diffusion à longueur  de journée  d’idées  rigoristes  et de discours haineux  à travers les chaînes satellitaires.

La décapitation tragique du journaliste américain sera, peut-être, le déclic a une prise de conscience  de la menace qui pèse  sur le monde entier. Comme  elle marquerait le réengagement  de l’Amérique et de l’Europe en Irak, là où Daëch est  le plus  puissant.

Barak Obama, François Hollande et James Cameron, semblent, en tout cas, déterminés à lutter et à aider   ceux qui combattent  cette organisation qui « n’a pas sa place  au XXIème siècle ».

Lotfi OUENNICHE