Abusée, trompée, elle a mal réagi - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 18 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
19
2018

Abusée

Abusée, trompée, elle a mal réagi

Dimanche 17 Août 2014
نسخة للطباعة

  Nous n’allons pas jusqu’à donner raison à l’inculpée mais force est de constater que des fois une personne de faible sensibilité pourrait mal réagir et décide de se venger toute seule et à sa manière d’une personne en qui elle a placé toute sa confiance surtout quand il s’agit de projet d’avenir. Aussi et au niveau de la justice elle ne pouvait avoir gain de cause pour le manque de justificatifs juridiques.

 La jeune dame a trimé durant de longues années à l’étranger. Ayant atteint un âge avancé elle a décidé de retourner au pays pour fonder un foyer. Alors qu’elle s’activait à réaliser ses objectifs voilà qu’une de ses cousines lui présenta un jeune homme élégant et de belle corpulence. Il s’est intéressé à elle et lui a émis le souhait de s’unir avec elle pour le meilleur et pour le pire, seulement sa situation sociale ne lui permettait pas d’aller au bout de ses intensions. Qu’à cela ne tienne lui annonça la jeune dame. Ayant économisé un peu d’argent elle l’a tranquillisé et lui a promis de s’occuper de tout le nécessaire pour équiper leur maison.

 Le père du jeune homme a mis à leur disposition un terrain pour qu’ils puissent bâtir leur nid et c’est ce qui a été fait. La jeune dame a entamé les travaux. Elle a dû demander un emprunt de trente mille  dinars qu’elle avait remis à son jules pour finir les travaux.

 Ce n’était pas suffisant non plus. La dame s’est chargée de faire le commerce du prêt à porter. Elle se rendait en Turquie pour ramener de belles choses qu’elle mettait en vente  à son retour. Ainsi tout paraissait aller vers le mieux.

  Elle ne s’est jamais attendue lors d’un retour de voyage de se trouver trahie par celui sur qui elle a misé pour fonder un foyer. Ce dernier fêtait ses fiançailles avec une jeune fille proche de sa famille. La dame s’est résignée et a cru au mektoub mais ce qu’elle n’avait pas admis c’est d’avoir perdue toutes ses économies et même le crédit bancaire qu’elle venait d’avoir. Voulant régler le problème à l’amiable elle est allée voir l’intéressé pour lui demander de lui rendre son argent. La réponse était nette. Il n’en avait pas et ne reconnait même pas avoir bénéficié de quoi que ce soit. Aussi le terrain sur lequel elle a construit la maison n’est pas en son nom. De ce fait toutes les plaintes déposées pour récupérer ses biens n’avaient pas abouti.

 Eh voilà le jour du mariage approchait. Son jules, l’homme qu’elle a aimé s’est enfui et allait fêter son mariage. Hors d’elle-même elle s’est armée d’une barre de fer et s’est rendue chez lui. A peine était-il sorti qu’elle a cogné de toutes ses forces. Elle a visé la tête. Elle voulait lui faire regretter le fait de se moquer des gens. Il a été conduit à l’hôpital et grâce aux soins qui lui ont été prodigués, il a été sauvé d’une mort certaine.

 Appelée à s’expliquer la dame a relaté les faits déclarant avoir été arnaquée par ce type. Son avocat a présenté toutes factures ainsi que la copie du contrat du prêt de construction. L’avocat a insisté pour démontrer que le plaignant n’avait pas de revenus fixes et son père est retraité comment pouvait-il construire une maison ??

  Le plaignant interrogé à son tour a déclaré que tout ce qu’il avait pris c’est des cadeaux et qu’il n’est pas obligé de les rendre. Quant au crédit de trente mille  dinars il a expliqué qu’il n’a pas touché un centime et c’est elle qui se chargeait de la construction.       Le juge d’instruction vient de transmettre ses conclusions au tribunal. Le procès aura lieu dans peu de temps.

  AA

Mots-clés: