Recours aux nouvelles technologies et au porte-à-porte - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Aug.
23
2019

Le rythme des inscriptions sur les listes électorales reste faible

Recours aux nouvelles technologies et au porte-à-porte

Samedi 16 Août 2014
نسخة للطباعة
• Moins de 90.000 nouveaux électeurs seulement se sont inscrits entre le 5 et le 13 août

847 858  personnes se sont inscrites sur les listes électorales entre  23 juin jusqu’au 13 août 2014, a annoncé l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) sur son site Web.
Au 29 juillet dernier, date de l’expiration de la première prolongation du délai d’inscription sur le fichier électoral, le nombre des inscrits était de 761463 personnes. C’est dire que moins de 90.000 nouveaux électeurs seulement se sont inscrits  en neuf jours depuis le début de la deuxième prolongation du délai d’inscription (du 5 au 26 août), soit un rythme de moins de 10.000 inscriptions par jour.
Selon l’ISIE, le nombre total d’électeurs inscrits, en comptant ceux qui s’étaient déjà inscrits en 2011, s’élève à présent à 5.103.065.  Sachant que le corps électoral (nombre de Tunisiens en âge de voter) s’élève à plus de 8 millions, on est on encore loin du compte. Et c’est pour cette raison d’ailleurs que l’instance chargée de piloter les prochaines scrutins législatif et présidentiel a décidé de mettre les bouchés doubles pour tenter de convaincre les citoyens plus récalcitrants de d’inscrire. Dans ce cadre, l’ISIE a annoncé, hier dans un communiqué, qu’elle allait lancer une campagne de messagerie SMS au profit des citoyens ayant voté en 2011 sans s’inscrire volontairement.
«La campagne vise à enregistrer cette frange de la société afin qu’elle parvienne à voter lors des prochaines élections, l’enregistrement automatique n’étant pas possible cette fois-ci», explique le communiqué.
Le  nombre des citoyens ayant voté en 2011 sans s’inscrire volontairement s’élève à 532.569, dont 174.208 se sont déjà inscrits avant le 13 août 2014, ce qui signifie que cette campagne cible 358.361 électeurs, selon les chiffres avancés par l’ISIE. L’instance électorale et les opérateurs de téléphonie mobile ont convenu de démarrer cette campagne dans les prochains jours.
Accord avec l’UTICA
D’autre part, l’ISIE a annoncé que l’inscription via la plate-forme USSD est désormais disponible pour les Tunisiens à l’étranger. Ces derniers  peuvent s’inscrire à partir de leur téléphone mobile de n’importe quel pays s’ils disposent d’une carte SIM en leur nom et délivrée par un opérateur de télécommunication tunisien,  Il suffit d’activer le service «Roaming » (gratuit) de l’opérateur auquel on est abonné et de composer *195*numéro de la carte d’identité* le code des centre de vote# Tous les codes sont disponibles sur le site de l’ISIE (ISIE.tn) Cette opération concerne les nouvelles inscriptions et non le changement d’un bureau de vote à un autre pour une personne déjà inscrite, précise l’ISIE dans un communiqué publié jeudi.
Sur un autre plan, les équipes de l’instance présidée par le juriste Chafik Sarsar a commencé à faire du porte-à-porte pour faciliter l’inscription sur les listes électorales des employés des entreprises situées dans les zones industrielles dans les différentes régions du pays suite à un  accord conclu avec  l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA).
Ces diverses mesures  sont motivée par le peu d’empressement montré par les Tunisiens à s’inscrire volontairement malgré une campagne de sensibilisation menée par l’ISIE et deux prolongation des délais d’inscriptions.  Nombreux sont les Tunisiens à bouder l’inscription en clamant leur désaffection, quand ce n’est pas leur mépris, pour la politique.
A noter que les personnes qui s’inscriront entre le 5 et le 26 août en ne pourront pas se présenter aux prochaines élections législatives et présidentielle, et ce à cause des délais prévus pour la publication de ces listes d’électeurs, les éventuels recours et le dépôt des candidatures.
En effet, l’ouverture des dépôts de candidature pour les élections législatives, prévue fin août, ne sera pas retardée et ne se basera que sur ces premières listes d’électeurs.
Maigre bilan
Durant la nouvelle phase d’inscription, l’objectif affiché par l’ISIE est d’augmenter le taux d’inscription très faible des Tunisiens résidents à l’étranger. L’Instance électorale évoque également le cas des nouveaux bacheliers dont l’orientation universitaire n’a pas encore été effectuée (et qui ne savent donc pas dans quelle circonscription ils seraient amenés à voter en octobre et novembre prochains). Les Tunisiens qui viennent d’atteindre l’âge légal (18 ans) sont également visés par cette “prolongation”.
L’ISIE avait prolongé une première fois les délais d’inscription d’une semaine supplémentaire (entre le 22 et le 29 juillet).Mais cette mesure n’a pas suffi pour atteindre un nombre satisfaisant de nouvelles inscriptions.
Plusieurs acteurs de la société civile et partis politiques ont dénoncé des faiblesses au niveau de l’opération d’inscription sur les listes électorales.
L’Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (ATIDE) a ainsi dénoncé, dans ce cadre, la limitation des inscriptions à l’horaire administratif, l’absence de bureaux de l’ISIE dans certaines régions et la réduction du budget réservé à cette campagne  de sensibilisation de quelque 3,5 millions de dinars à 1 million de dinars seulement.
L’organisation 23_10 d’appui au processus de transition démocratique est, quant à elle,  allée jusqu’à appeler au limogeage du président et de certains membres de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) en raison du «maigre bilan» de l’opération d’inscription sur les listes électorales et de leur «incapacité à garantir le déroulement des prochains scrutins législatif et présidentiel dans des conditions optimales et conformément aux standards d’impartialité, de transparence et de démocratie».

Walid KHEFIFI

Articles liés