Sousse : crime crapuleux - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Sousse

Sousse : crime crapuleux

Dimanche 10 Août 2014
نسخة للطباعة
Sousse : crime crapuleux

  C’est le crime crapuleux au vrai sens du terme perpétré contre une jeune fille à la fleur de l’âge commis par deux voyous, deux criminels sans foi ni loi au début de l’année dans la ville de Sousse.

 Âgée de 25 ans la victime travaillait dans un atelier de confection. Elle a quitté au petit matin le domicile parental pour ne plus jamais y remettre les pieds. C’est qu’après une dure journée de labeur, elle a quitté l’atelier en compagnie d’une de ses amies. Cette dernière a confirmé qu’elle l’a quittée près de la station du bus car elle devait se rendre auprès de membres de sa famille.

 La jeune fille n’avait plus donné de signe de vie. Ses parents se sont inquiétés après des heures d’absence. Ils ont alerté les autorités. Un mandat de recherches a été lancé et puis les enquêteurs ont entamé les investigations afin de la retrouver.

 Une semaine plus tard une information parvenue à la Direction régionale des affaires criminelles spécifiait l’existence d’un cadavre d’une jeune fille complètement infecté près d’une demeure inhabitée se trouvant en dehors de l’agglomération. Une équipe judiciaire composée du représentant du Ministère public, du juge d’instruction et des inspecteurs d’une brigade criminelle s'est déplacée sur les lieux. Le cadavre a été transféré à la morgue pour déterminer avec exactitude la cause du décès puis l’enquête à été confiée à la brigade criminelle.

 La liaison a été faite par les inspecteurs. Il s’agit de la même fille déclarée perdue par ses parents une semaine auparavant. Les enquêteurs ont conclu au détournement, viol et meurtre. A partir des informations données par sa petite amie qui a informé l’avoir quittée près de la station du bus, les enquêteurs se sont rendus à la station.

 Au cours de leurs recherches ils ont trouvé une puce de téléphone jeteé par terre. En essayant de connaître le propriétaire, il s’est avéré être un grand malfaiteur recherché pour plusieurs délits graves. Détournement de jeunes filles, viols, agression sexuelle et braquages.

 Il a été arrêté après plusieurs efforts. Interrogé il a déclaré que la puce de téléphone lui appartenait et il l’avait perdue il y a quelque temps. Interrogé au sujet de la fille il a balbutié et a commencé à trouver des alibis pour se disculper. Mais pressé de questions et confronté avec quelques témoignages crédibles, il a fini par reconnaître avoir détourné la jeune fille. Il a contacté son complice propriétaire d’une camionnette. Ils ont embarqué la fille dans un lieu désert (une forêt située en dehors de la ville) et l’ont violée à plusieurs reprises faisant fi de ses supplications de la libérer. Après avoir assouvi leurs instincts bestiaux ils se sont rendu compte de la gravité de leurs actes et du châtiment qui les attendait en cas de capture, ils ont décidé d’un commun accord de faire taire définitivement la victime. Le propriétaire du camion s’est armé d’une barre de fer qu’il est allé chercher dans son véhicule et puis a totalement massacré la jeune fille. Les coups pleuvaient sur son crâne. Ils ne lui ont laissé aucune chance de survivre.

 Il a fallu un mois de recherches pour arrêter le deuxième coupable. Il a avoué son crime et a déclaré avoir agi sous l’effet de l’alcool.

 Accusés de détournement d’une jeune fille, de viol et de meurtre prémédité, ils sont actuellement incarcérés attendant leur comparution devant une chambre criminelle où un verdict, à la mesure de leur crime crapuleux, les attend.

 AA

Mots-clés: