Régate Carthago Dilecta Est met les voiles en Tunisie - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
8
2019

Tourisme

Régate Carthago Dilecta Est met les voiles en Tunisie

Jeudi 7 Août 2014
نسخة للطباعة
Régate Carthago Dilecta Est  met les voiles en Tunisie

Yasmine Hammamet connaît depuis plusieurs années un essor spontané des flux de plaisanciers. Il représente  un point de passage pour une très grande majorité de ces navires qui sillonnent la Méditerranée. Ces touristes «de passage» quelle que soit la durée de leur séjour, participent également au développement de l’activité hôtelière, de restauration et de commerce. C’est donc un marché à part entière. Le port de Yasmine Hammamet est aujourd’hui le reflet d’une filière nautique en plein essor. Une dynamique insufflée par la Marina  qui dispose des moyens nécessaires pour animer l’accueil, être au service des plaisanciers et leur permettre de circuler dans la station.  Elle se concrétise aussi à travers l’organisation de rendez-vous nautiques qui sont devenus incontournables. Le port   a su ancrer le développement du secteur nautique au sein du développement touristique de la station   à travers la création d’évènementiel nautique à vocation touristique contribuant à soutenir les initiatives locales et à consolider la saisonnalité comme en témoigne l'organisation de la régate Carthago Dilecta Est 2014 du 3 au 7 août  et qui   sera suivi par la Tunisie Sailling Week du 8 au 16 août.  Ces régates sont devenues des niches qui tendent  à se démocratiser. Tout dépend évidemment de la destination. Avec une capacité d’accueil  de 704 places navires de plaisance dont 100 pour visiteurs (longueur maximale de 110m) et une profondeur d’eau qui oscille entre 6 et 2,30m, ce port est capable de booster la destination à travers l’offre de places d’escales (hivernage et passage), il s’agit de cibler en cette période estivale ces plaisanciers  , caractérisés par un pouvoir d’achat élevé : rémunération variant de 5 000 à 20 000 Euros net/mois, selon la taille du bateau, sachant qu’un bateau de 50 mètres à quai emploie près de 15 personnes. Ce beau site doit encore imposer son image sur d'autres marchés. Ce port est en train de prendre le virage du haut de gamme grâce à une infrastructure hôtelière performante. L'important, est de sortir des sentiers battus et de disposer d'un cœur de produit totalement maîtrisé et capable de faire la différence. Et là il faut innover en matière d'offre et surtout de promotion car le port se contente de quelques régates et événements nautiques. L’enveloppe réservée par l’ONTT à la plaisance ne dépasse pas les  350 mille dinars. La promotion du tourisme de plaisance est encore faible car les actions y s concernent seulement la participation aux salons et la publication de dépliants, en plus de la publicité de bouche à oreille parmi les plaisanciers. La cellule  mise en place par l’ONTT chargée du lancement d’actions promotionnelles du tourisme de plaisance ciblant de nouveaux marchés, outre l’élaboration (actuellement en cours) d’un plan de promotion des activités du tourisme nautique doit s’activer. Se lancer sur ce marché implique de faire une communication ciblée. La communication comme un créneau de vente est indispensable. Il faut avoir une vitrine internet et être présent sur les sites communautaires. Il faudrait aussi inviter les décideurs, les TO et les voyagistes spécialisés dans ce créneau pour se familiariser avec notre destination voire organiser des workshops. La promotion, c'est la plus difficile. Elle doit être agressive pour se démarquer de la concurrence. Comme tout client touristique, le plaisancier est à la recherche de la bonne promo du moment. Et accro à internet en quête des meilleurs prix. Les agences en ligne ont d'ailleurs rapidement compris qu'il y avait une place à prendre compris. Le tourisme de plaisance reste une niche. Il peut être associé aussi à la thalasso et au golf. Un produit combiné fera le bonheur des adeptes de plaisance. Encourager le développement de cette filière, c’est plus particulièrement, structurer et améliorer les conditions d’accueil et favoriser le développement d’activités de services aux plaisanciers. Mais au delà, nos ports de grande plaisance doivent satisfaire à un ensemble de critères : qualité de l’accueil et de l‘animation, création de places de passage ou d’hivernage, dimension sécuritaire, attractivité touristique de la destination, programmes touristiques d’accompagnement, ouverture de commerces spécialisés, qualité des aménagements sur les quais et protection maritime.

Kamel Bouaouina

Mots-clés: