Faillites en cascade des Tours operateurs russes.. Désengagement pour des touristes à l’aéroport d’Enfidha - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
15
2019

Tourisme

Faillites en cascade des Tours operateurs russes.. Désengagement pour des touristes à l’aéroport d’Enfidha

Mercredi 6 Août 2014
نسخة للطباعة
• Wahida Jaïet, Directrice générale de L’ONTT : « Des sanctions seront prises contre les contrevenants ».. Les touristes ont bénéficié du secours de l’ONTT en vue de leur rapatriement en Russie
Faillites en cascade des Tours operateurs russes.. Désengagement pour des touristes à l’aéroport d’Enfidha

Plusieurs tour-opérateurs russes sont en difficulté. La faillite du tour-opérateur Labirint est la quatrième d’agence de voyages recensée en faillite en trois semaines en Russie. Principale cause de ces banqueroutes, la chute du rouble suite à la crise ukrainienne. Depuis le début de l’été,  pas moins de 50 000 touristes russes  ont vu leurs vacances gâchées par la faute de ces contre-temps imprévisibles et en cascade. En Tunisie, et selon un communiqué de l’ONTT et durant  la nuit du samedi 3 au 4 Août, un contingent de touristes de nationalité russe a vécu quelques désagréments à son arrivée à l’aéroport de Tunis-Enfidha  et n’ont pu être transférés à leurs hôtels  en raison de manquements de prestations touristiques suite à la faillite d’un tour opérateur opérant sur le marché. Aussitôt alertée, l’administration du tourisme a intervenu en vue d’apporter l’assistance  nécessaire aux clients et ce  en  réservant des chambres d’hôtels mises  à leur disposition pour se reposer et se  rafraichir tout en proposant des  repas servis dans un hôtel club de la région. Une attention particulière a été accordée  aux femmes et enfants du groupe des touristes russes. Wahida Jaiet , Directrice générale de L’ONTT qui s’est rendue à l’Aéroport d’Enfidha pour superviser les opérations d’assistance en collaboration avec  plusieurs professionnels de la région et des responsables des commissariats régionaux de Sousse et de Monastir a indiqué que L’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT) suit l’affaire de près et veille à ce qu’aucun client venant de la  Russe  ne subisse les désagréments occasionnés par les défaillances ou encore les manquements  des opérateurs étrangers ou nationaux. Des contacts sont, indique-t- on en cours avec toutes les parties concernées, y compris les transporteurs aériens pour assurer les meilleures conditions de retour. Le  dossier est traité avec la plus grande célérité et attention requise. Une enquête a été par ailleurs enclenchée par les services compétents de l’ONTT pour délimiter les responsabilités avant de procéder à la stricte application de la règlementation en  vigueur. Nos hôteliers et agents de voyages  devront être plus vigilants face à ce fléau de faillites des TO russes et comme l’a précisé Irina Shchegolkova, porte-parole de l'Agence fédérale de tourisme de Russie« Nous craignons que cela ne soit que le début d'un effet domino ». L’aérien a été touché. Le rouble s’est déprécié de 11 % depuis septembre 2013 et es sanctions européennes décidées la semaine dernière ont également provoqué ce dimanche la cessation d'activité de Dobroliot, filiale low-cost de la compagnie aérienne nationale Aeroflot. Le Premier ministre russe Dimitri Medvedev s'en est pris lundi aux tour-opérateurs au cours d'une allocution. Il a ordonné aux autorités de contrôler les finances des voyagistes, et de procéder à la fermeture de ceux dont les réserves financières sont insuffisantes. Il est vrai que  dans ce cas là personne n’est immunisé contre un tel « malheur ». La solution serait de modifier la loi sur le tourisme et de créer un fonds de garanties spécial qui couvrirait les obligations non payées des compagnies en faillite envers leurs partenaires, selon les représentants de ce secteur. Ainsi en cas de comptes non réglés avec leurs tours opérateurs par exemple, l’hôtelier pourra directement s’adresser au fonds en question au lieu de mettre à la porte ses clients ou de les contraindre à payer doublement leurs vacances. 

 Kamel Bouaouina

Mots-clés: