Incidences financières: au moins 1 milliard de dinars - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
9
2019

Libyens affluant sur la Tunisie

Incidences financières: au moins 1 milliard de dinars

Mardi 5 Août 2014
نسخة للطباعة
Incidences financières: au moins 1 milliard de dinars

Elle est de plus en en plus visible et fortement perçue. Allant des quartiers chic de Tunis, vers les hôtels tout en passant par les villes côtières et celles du sud tunisien. Jadis saisonnière, et surtout estivale, la présence des Libyens en Tunisie ces derniers jours est accrue du fait que nos voisins fuient l’enfer libyen. Leur nombre demeure encore difficile à cerner. Bien que les chiffres avancés par le ministère de Commerce parlent de 1,2 million de Libyens en Tunisie. La Présidence de la République estime que les Libyens en Tunisie sont au nombre de 2 millions. C’est à peu près le nombre avancé par le ministère de l’intérieur, alors que le ministère des Affaires étrangères annonce que le nombre des Libyens résidents en Tunisie varie entre 1 million et 1,3 million. Depuis une semaine, les Libyens sont arrivés en masse en Tunisie, avec l’entrée d’environ 6000 Libyens par jour. Une situation qui a poussé les autorités nationales à envisager à la fermeture « provisoire » des frontières. 

Au moins 10% de subventions  

Une chose est sûre : les Libyens en Tunisie provoquent au moins une augmentation de 10% des subventions allouées aux produits alimentaires et aux hydrocarbures. En tout cas, c’est ce que Nidhal Ouerfelli, porte-parole du gouvernement vient de préciser. Selon les estimations du gouvernement, l’afflux des Libyens tel qu’il est observé actuellement obligera la Tunisie à augmenter d’au moins 10%  la valeur des subventions. C’est dire que cette nouvelle vague de Libyens nous coûterait au moins 500 millions de dinars (en tenant compte que les subventions annuelles ne dépassent pas les 5 milliards de dinars). Tout compte fait, si l’on prend en considération que le nombre des Libyens en Tunisie est de l’ordre d’un million, leur coût dépasserait un milliard de dinars. Il peut atteindre même 1,5 milliard de dinars si l’en prend en considération les coûts indirects induits par l’arrêt des exportations vers la Libye. Tout simplement, nul ne peut ignorer que la crise Libyenne nous coûte trop cher !

Un risque structurel 

La Libye reste un partenaire commercial stratégique pour la Tunisie. Les échanges commerciaux entre les deux pays dépassent annuellement 1 milliard de dinars. Pour les six premiers mois de l’année en cours, la balance commerciale tunisienne avec la Libye affichait un solde excédentaire de 542 millions de dinars. A rappeler également que durant les années 2012 et 2013, la Tunisie a profité annuellement d’entrés de recettes d’au moins 2 milliards de dinars en provenance de la Libye. Or, si le conflit Libyen persiste, la Tunisie devrait faire face à une perte structurelle d’un partenaire  stratégique. Pour  l’histoire, les échanges commerciaux entre les deux pays ont connu deux ruptures (entre 1976-1981 et entre 1984-1987) à cause du conflit politique avec l’ancien leader Libyen. Cette fois-ci, le risque de rupture est de plus en plus prévisible puisqu’il s’agit d’un conflit armé interne et non pas d’un simple conflit politique. De toutes les  manières, la Tunisie devrait prévoir des solutions de recharge. 

 

A noter 

En vertu de la  la convention de 1973, signée entre la Libye et la Tunisie, les Libyens résidant en Tunisie bénéficient des quatre libertés. C’est-à-dire qu’ils ont le droit de travailler, d’exercer  des professions, le droit de circulation ainsi que le droit d’établissement (droit de propriété). 

Zied DABBAR

Mots-clés: