Contrebande, flambée des prix à la consommation et de l’immobilier…Et bien sûr les prix du carburant - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
5
2019

La crise libyenne et ses répercussions économiques sur la Tunisie

Contrebande, flambée des prix à la consommation et de l’immobilier…Et bien sûr les prix du carburant

Jeudi 31 Juillet 2014
نسخة للطباعة
Contrebande, flambée des prix à la consommation et de l’immobilier…Et bien sûr les prix du carburant

La Libye notre voisin « chronique » est au bord d’une guerre civile sans merci. La situation sécuritaire se détériore sans relâche. Et devant les conditions difficiles que connaissent les Libyens notamment les habitants de Tripoli : coupure d’électricité et du gaz, troubles sécuritaires et escalade des affrontements entre miliciens dans la Capitale comme dans l’Est du pays, une moyenne de 6000 réfugiés libyens franchissent quotidiennement nos frontières. Une situation précaire qui pointe ses corollaires en Tunisie, d’où la réunion d’urgence tenue hier par le ministre des Affaires Etrangères Mongi Hamdi afin de mettre en place une stratégie nationale et identifier des recommandations nécessaires permettant de contenir la saignée du nombre de réfugiés transitant par le poste frontalier de Ras Jdir.  

« La situation sécuritaire et économique n’est pas en mesure de supporter des centaines de milliers de réfugiés, qui s’ajouteront aux Libyens séjournant dans nos contrées estimés à plus d’un million », a affirmé hier le ministre des Affaires étrangères lors d’un point de presse. En effet, depuis la « Révolution » libyenne le nombre de ressortissants Libyens n’a cessé de grimper en Tunisie. La Tunisie n’a pas hésité un seul instant à apporter son soutien multidimensionnel à son voisin du Sud au lendemain du renversement du régime de Kadhafi. Ceci dit, les contrecoups micro et macro-économiques ne sont pas fait attendre. Hausse des prix à la consommation familiale en Tunisie, flambée des prix de l’immobilier, baisse des exportations tunisiennes vers la Libye, spéculation sans parler de l’explosion  frénétique de la contrebande et du commerce parallèle qui gangrène encore l’économie nationale et accentue la montée des menaces terroristes en Tunisie.

Des attentats à la 11 septembre en Tunisie, au Maroc et en Algérie

D’ailleurs lors du point de presse M.Hamdi a affirmé : "Notre économie ne sortira pas de l’auberge, si la situation en Libye ne se stabilise pas" ajoutant que la détérioration de la situation sécuritaire en Libye contraint les investisseurs étrangers à investir en Tunisie. Les effets collatéraux de la crise libyenne sur l’économie nationale ne manquent pas. Et pour préserver l’intérêt national, les autorités tunisiennes pourront décider la fermeture du poste frontalier de Ras Jedir. Le terrorisme, cet ogre qui menace la stabilité du pays trouve sans nul doute ses origines dans la floraison de la contrebande pot-Révolution. Aujourd’hui les menaces atteignent des extrêmes où l’on craint d’éventuels attentats à la 11 septembre visant la Tunisie, le Maroc  et l’ Algérie. 

Selon un rapport européen publié hier par le journal Algérien , « Al Khabar : «  des groupes d’extrémistes religieux auraient l’intention de perpétrer des attentats terroristes « à la 11 septembre » visant des institutions vitales dans des pays considérés comme des « Taghout » à savoir la Tunisie , le Maroc et l’Algérie. Les 11 avions saisis à Triploi par les Djihadistes pourraient selon le même rapport servir à perpétrer des actes terroristes. A cet effet, les services de renseignements  algériens, tunisiens et marocains travaillent de concert pour faire échec à ces menaces. Des pays comme la France, l’Italie, l’Espagne, la République de Malte, la Grèce et l’Egypte ont également mis leurs systèmes de défense anti-aérienne en état d’alerte. Pour sa part, le ministère algérien de la Défense a décidé vendredi dernier de fermer plusieurs couloirs de son espace aérien empruntés par des avions civils libyens. Par ailleurs, une cinquantaine de Français et de Britanniques ont été évacués par bateau au cours de la nuit de lundi à mardi par l'armée française de Libye. 

Ainsi la situation sécuritaire en Libye se dégrade et les observateurs internationaux craignent le pire. Une situation intenable à tous les points de vue, aussi bien sur le plan  national que régional.  Outre les contrecoups directs et indirects sur l’économie nationale, nous devons nous attendre à une flambée des cours internationaux du baril et bonjour les dégâts et les nouveaux ajustements à la hausse des prix à la pompe.  

Yosr GUERFEL AKKARI

Mots-clés: