Cohabitation insoutenable - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 19 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
20
2018

Cohabitation insoutenable

Cohabitation insoutenable

Dimanche 27 Juillet 2014
نسخة للطباعة

Les différends qui surgissent au niveau de la cohabitation demeurent toujours difficiles à gérer d’autant plus que chacune des deux parties considère qu’elle est victime et que c’est toujours l’autre qui agit égoïstement pour des fins personnelles.
Cette affaire ne déroge pas à la règle. L’inculpé a décidé d’agir seul après avoir utilisé toutes les solutions possibles que ce soit au niveau de la justice ou par l’intermédiaire de quelques voisins qui ont essayé en vain de régler ce différend à l’amiable. Voyons les faits :
L’inculpé a déposé plainte contre son voisin du premier étage. Le tube emmenant la conduite d’eau de la terrasse a causé plusieurs fêlures et cassures au niveau des murs et le taux d’humidité à l’intérieur de la maison a atteint un niveau devenu inadmissible et même dangereux pour la santé. Il a obtenu un jugement obligeant le co-propriétaire a réparer les dégâts et de diriger autrement la conduite d’eau de telle manière à ce qu’elle ne perturbe plus la quiétude de son voisin propriétaire du rez de chaussée, mais il  a fait fi de ce jugement et n’a pas entamé les travaux de réparation, pire encore il a déclaré au voisin qu’il faisait cela exprès pour le contraindre a quitter les lieux et lui vendre sa part dans le batiment.
L’inculpé a tenté de faire intervenir les responsables mais toujours rien. Il a décidé finalement de réparer tout seul. Il a chargé un maçon de réparer. Le jour où ce dernier est venu en compagnie de son aide et le matériel nécessaire il a été empêché d’accéder à la terrasse par le propriétaire du premier étage.
C’était la goutte qui a fait déborder le vase. L’inculpé dans un état complètement hystérique, ne pouvant plus contrôler ses agissements s’est armé d’une barre de fer, a accédé à l’étage et sans aucune entrée en matière il a asséné une série de coups qui ont grièvement blessé le voisin. L’inculpé n’est revenu à la raison que lorsqu’il a vu le sang jaillir de partout.
Emmené d’urgence à l’hôpital le blessé a été sauvé in extrémis par le staff médical qui a été obligé d’intervenir chirurgicalement pour arrêter la double hémorragie interne et externe.
 Arrêté, l’inculpé a reconnu les faits. Il a présenté tous les papiers en sa possession aux enquêteurs afin de leur expliquer qu’il a utilisé tous les moyens légaux pour régler ce différend mais son voisin grâce à ses connaissances a fait fi du jugement et n’a fait que le provoquer et l’énerver pour l’obliger à lui vendre sa part.
 L’inculpé a été accusé de tentative de meurtre contre son voisin. Son avocat s’est opposé contre cette décision et a demandé à considérer les faits comme étant une agression grave n’ayant causé aucune incapacité physique.
La cour de cassation a répondu favorablement à la requête de l’avocat et a décidé de considérer les faits comme étant une agression grave et non une tentative de meurtre.
L’inculpé sera traduit bientôt devant une chambre criminelle pour s’expliquer.

AA