Entre temps, le budget s’alourdira encore.. - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
8
2019

Augmentation des tarifs de l’eau de 7% à partir de 2015

Entre temps, le budget s’alourdira encore..

Mardi 22 Juillet 2014
نسخة للطباعة
Le déficit hydrique varie entre 3% et 5% .. Perturbation dans plusieurs villes
Entre temps, le budget s’alourdira encore..

A son tour la  Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE), ne fait pas exception. A l’instar de la majorité des entreprises du secteur public, elle connaît des difficultés financières majeures. A vrai dire, les équilibres financiers de l’exploitant national de l’eau potable connaissent des pressions depuis l’exercice de 2008. En tout cas, c’est ce que le PDG de la Société Saâd Seddik vient d’annoncer tout en précisant que les créances de la SONEDE auprès de sa clientèle s’élèvent à 234 millions de dinars.  Environ 59%  des rentrées, soit 138 millions de dinars proviennent de l’usage domestique, alors que les Administrations et les Collectivités locales, détiennent des parts respectives de 45 millions de dinars et 25 millions de dinars. Par ailleurs, les activités industrielles et touristiques sont redevables à la SONEDE  d’une enveloppe de l’ordre de 25 millions de dinars. Tel constat, risque d’aggraver la situation de l’entreprise qui peine à assurer son équilibre financier. Une situation qui menace même l’existence de la SONEDE. C’est ainsi que Saâd Seddik confirme que le cumul des créances auprès des différentes catégories de clientèle, aggrave la situation financière, déjà compliquée pour  la société. « Une situation financière difficile au moment où la SONEDE a besoin plus que jamais de retrouver ses équilibres financiers  afin d’assurer la continuité de ses services », explique-t-il tout en précisant qu’au moins 97% des clients de la SONEDE s’approvisionnent en eau potable à un prix inférieur à son coût réel. Comme solution,  le premier responsable annonce une augmentation des tarifs de l’eau d’ici 2015. Une nouvelle augmentation de 7% qui ne permettra pas également de rétablir l’équilibre financier de la SONEDE. Est-ce vraiment la bonne solution ? 97% des clients de la société s’approvisionnent en eau potable à un prix inférieur à son coût réel. C’est dire, que les autorités disposent largement des marges de manœuvres pour améliorer sa rentabilité financière en ciblant des clients au détriment des autres. 

Encore des perturbations 

Durant la période estivale, périodes de pic de consommation, la SONEDE annonce des perturbations dans l'alimentation en eau potable des régions du Cap Bon, du Sahel et Sfax. Selon  le directeur central de l'exploitation à la Société nationale d'exploitation et de distribution des eaux (SONEDE), Abdessalem Saidi, ces perturbations sont principalement dues au pic de consommation que connaissent les différentes villes concernées. C’est ainsi que ces perturbations seront accompagnées par un déficit hydrique estimé à 3% de l'ensemble des besoins. Plus encore, les perturbations concernent les villes du sud-est telles que les villes de Médenine, Tataouine, Zarzis, Djerba, Ben Guerdane et Ghomrassen où le déficit hydrique devrait atteindre 5%. D’autres régions à l’instar de Kairouan, Kasserine, El Mahres et  Aguereb (gouvernorat de Sfax) connaîtront une rupture d’eau. ET dire que la SONEDE n’y est pour rien ! 

Zied DABBAR

Mots-clés: