Si ce n’est toi…c’est ta copine - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 18 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
19
2018

Si ce n’est toi

Si ce n’est toi…c’est ta copine

Dimanche 20 Juillet 2014
نسخة للطباعة

Mais la copine en question n’était pas disposée à jouer les suppléantes, ce qui explique que le quadragénaire s’est trouvé dans de sales draps, suspecté d’avoir harcelé l’amie de sa femme. Il faut dire que cette dernière l’avait plaqué depuis un certain temps, pour regagner le domicile parental, le laissant ressasser sa rancune à longueur de journée et donner libre cours à ses penchants «bacchusiens».

Tout a commencé lorsque les différends dans le ménage avaient atteint a priori un point de non-retour. Les discussions et querelles devenaient en effet le pain quotidien entre son épouse et lui. L’épouse lui reprochait effectivement de ne point s’occuper de sa famille, puisque sa solde mensuelle est absorbée par l’alcool qu’il ingurgitait en compagnie de certains amis du voisinage. Excédée et à bout de patience, la bonne femme a fini par fuir cette situation infernale et par retourner s’installer auprès des siens. Ce qui n’a pas empêché le conjoint de continuer à mener le même train de vie et verser dans la boisson, seul remède pour lui de combattre la mélancolie et l’amertume qui l’assaillaient de toute part. Sans manquer, non plus, de nouer de temps à autre de nouvelles relations extraconjugales.

Le jour des faits, le hasard l’aurait mis en présence d’une copine de son épouse, qui passait sa route accompagnée de sa petite fille. Malgré la présence de celle-ci, un témoin gênant et encombrant après tout, le bonhomme s’en est approchée, lui suggérant de venir chez lui. Ce faisant, il n’a pas hésité à l’enlacer, passant son bras derrière son dos. Un moment désarçonnée et interloquée, la bonne dame a fini par recouvrer ses esprits et donner libre cours à ses cordes vocales pour ameuter les passants. Par chance une ronde passait dans le coin, les agents se faisant un devoir d’intervenir et amener le type dans leurs locaux.

Comme pour tout suspect, il a commencé par nier les faits affirmant que la femme aurait mal interprété ses propos et son geste protecteur. Il a également assuré qu’il voulait lui demander d’intervenir auprès de son épouse pour une réconciliation. Seulement, il a compté sans la petite fille qui a rapporté ses paroles pratiquement mot à mot, ainsi que le témoignage d’un passant, le premier à intervenir avant même l’arrivée des agents de la Sûreté. Le voilà désormais mis en détention, avant de passer en jugement…

M.B.A

Mots-clés: