Un nouveau coup dur pour l’économie nationale - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

Dec.
15
2019

Terrorisme

Un nouveau coup dur pour l’économie nationale

Vendredi 18 Juillet 2014
نسخة للطباعة
Un nouveau coup dur pour l’économie nationale

Une nouvelle frappe terroriste qui porte par la même un nouveau coup dur pour l’économie tunisienne. Après une sensible accalmie et une quasi stabilité de la situation sécuritaire, l’attaque terroriste de mercredi soir, considérée comme la plus lourde dans l’histoire de l’armée tunisienne faisant un bilan de 14 soldats tués et une vingtaine de blessés vient chambouler les cartes et plonger le pays dans le doute.

Et comme de coutume et après chaque assaut terroriste, la bourse de Tunis a très vite réagi  à cette maldonne et le Tunindex a enregistré hier une régression de 0,1% avec 31 valeurs boursières en baisse et 15 en hausse. Dire que le moral des investisseurs est déjà  au plus bas comme l’atteste les chiffres relatifs aux intentions d’investissement et à la chute des IDE. 

Après une relative accalmie et la fixation du calendrier électoral, une note d’optimisme a été contemplée dans le milieu des affaires notamment auprès des Chefs d’entreprises et des institutions financières internationales. Même si les indicateurs économiques n’ont pas vraiment suivi la phase d’apaisement que ce soit au niveau de la production industrielle, de l’exportation, des entrées touristiques et autres, cette nouvelle attaque terroriste compliquerait davantage la situation. En effet, la stabilité sécuritaire est une condition sine-qua-none à la reprise de l’économie nationale. Or et comme l’a affirmé hier le général Souheil Chemingui, responsable des opérations à l’Armée de terre dans un point de presse : « La guerre antiterroriste n’est pas finie et nous devons nous attendre malheureusement à de nouveaux assauts et de nouveaux victimes parmi nos soldats ». Chose est sûre la lutte antiterroriste est l’affaire de tout un chacun. La bataille se poursuivra pour longtemps et reste aux opérateurs économiques et sociaux d’apporter leur soutien et ce en redoublant d’efforts pour redynamiser l’appareil productif, booster l’investissement et l’exportation. Les indicateurs de base clignotent déjà au rouge et la situation sécuritaire risque de perdurer dans le temps et dans l’espace d’où l’obligation de retrousser les manches afin d’éviter la banqueroute.             YGA