Un front commun contre certaines dispositions de la Loi de finances complémentaire - Le Temps Tunisie
Tunis Vendredi 8 Février 2019

Suivez-nous

May.
23
2019

Les professions libérales créent leur propre union syndicale « UTPL »

Un front commun contre certaines dispositions de la Loi de finances complémentaire

Mercredi 16 Juillet 2014
نسخة للطباعة
• Un total de 80000 cabinets et plus de 73000 cotisants : une base importante pour les élections • Chafik Boussarsar, président de l’ISIE : « L’ISIE est attachée au respect du calendrier électoral… La commission reste vigilante aux différentes réclamati
Un front commun contre certaines dispositions de la Loi de finances complémentaire

Aujourd’hui la pluralité du mouvement syndical traduit en elle-même un signe de bonne santé tout en générant dans son sillage un  morcellement des différents corps de métiers.  Se fixant comme tâche de défendre les intérêts de ses cotisants et d’assurer davantage d’équilibre sur la scène politique, économique et sociale, l’Union Tunisienne des Professions Libres, signe officiellement son acte de naissance. Une conférence de presse a été tenue hier par les membres fondateurs annonçant la création officielle de cette instance syndicale après avoir obtenu son agrément en mois de septembre 2013. Pourvu que cette « désyndicalisation » ou encore cette pluralité syndicale surgie post-révolution des entrailles de notre société  rapportera ses fruits loin des desseins machiavéliques politiques, des conflits et bras de fer entre les différentes organisations entre autres l’UGTT, l’UTICA, l’UTAP, l’UTT, la CGTT….

Le Cartel des professions libres et les membres fondateurs de l’UTPL englobe en son sein l’Ordre des avocats, l’Ordre des Experts Comptables, le groupement des comptables tunisiens, le syndicat tunisien des médecins libéraux, le syndicat tunisien des dentistes de libre pratique, l’Ordre des Ingénieurs et l’Ordre des architectes de Tunisie. 

Mohamed El Fadhel Mahfoudh, président de l’’Ordre des Avocats et président de l’UTPL, a affirmé « Au vu de l’absence d’une représentation syndicale réunissant les différentes professions susindiquées à l’instar de l’UGTT et l’UTICA, nous avons pensé qu’il était grand temps de conglomérer nos forces  pour défendre nos intérêts et améliorer de la sorte les droits économiques et sociaux accordés aux citoyens tunisiens ». 

Plus de 73000 adhésions 

A rappeler que ce cartel regroupe les professions qui offrent des services économiques et sociaux publics et de proximité dont les soins médicaux, les services d’avocat,   les expertises comptables et autres services. L’objectif de cette union étant de raffermir le rôle qui incombe à ces professions libérales dans le développement et la prospérité du pays tout en respectant les institutions de l’Etat, les principes de la démocratie, de la pluralité, de la transparence et des droits de l’homme.   Le rayonnement des ces professions à l’international, la création d’institutions, de coopératives et d’activités à même d’offrir des services publics de proximité outre la complémentarité entre les différents corps de métiers membres figurent parmi les objectifs assignés à l’UTPL. Nabil Abdellatif, Vice-président de l’UTPL affirme : «  qu’au-delà  de l’objectif syndical, nous aspirons mettre en place un conseil économique et social à même d’assurer le développement durable et les droits des générations futures »

Le passage du régime forfaitaire au régime réel 

Mohamed El Fadhel Mahfoudh fait savoir que le lancement officiel hier de l’UTPL coïncide simultanément avec deux faits majeurs à savoir la présentation de la loi de finances complémentaire pour examen l’ANC et le début d’enregistrement aux votes et le flou qui l’accompagne. Il va sans dire que certaines dispositions de la loi de finances complémentaire se trouvent contestées, notamment la disposition relative au passage de 68 activités ou professions du régime forfaitaire au régime réel d’imposition. Une disposition qui ne convient pas à tout le monde et surtout pour les métiers concernées par cette refonte dont les médecins, les avocats et les experts comptables. « Nous allons faire front commun contre certaines dispositions contraignantes de la LFC », ajoute le président de l’UTPL.

Le président de l’Ordre des Avocats a profité de la présence de Chafik Boussarsar, président de l’ISIE pour affirmer le soutien des différentes professions formant l’union dans l’effort national de sensibilisation à l’enregistrement aux votes. Il a souligné à cet effet que la réticence affichée par les Tunisiens et tout à fait normal et compréhensible dans une étape de transition démocratique tout en appelant les Tunisiens et notamment les membres de l’UTPL de participer activement pour la réussite du rendez-vous électoral tant au niveau de sa rentabilité qu’au niveau de sa légitimité.

Pour sa part Chafik Boussarsar a affirmé hier dans une déclaration aux médias que l’ISIE demeure attachée au respect du calendrier électoral sans pour autant passer sous silence les difficultés rencontrées en matière d’enregistrement pour les Tunisiens résidents à l’étranger tout en assurant que les choses s’améliorent et que la coopération avec le ministère des Affaires Etrangères se raffermit pour trouver les solutions adéquates. S’agissant de la cacophonie  autour des bureaux d’enregistrement et leur représentation partisane notamment pour ceux Nahdhaouis, Chafik Boussarsar affirme que l’ISIE  reste vigilante aux différentes réclamations qui s’avèrent avérées.  D’ailleurs nous n’avons pas hésité à changer  d’ores et déjà le personnel exerçant dans les bureaux d’enregistrement contesté  ou soupçonné d’appartenance à une couleur politique.

Amine Turki, secrétaire général de l’UTPL, affirme que le groupement compte actuellement plus de 73000 adhérents. Ainsi avec une base de 73000 adhérents et de 80000 cabinets, les membres de l’Union parlent d’une importante base électorale et affirment leurs prédispositions  à concourir activement pour sensibiliser leurs cotisants et appuyer l’effort de l’ISIE. 

Yosr GUERFEL AKKARI

Mots-clés: