L’agression - Le Temps Tunisie
Tunis Mercredi 14 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
14
2018

L’éditorial

L’agression

Mercredi 9 Juillet 2014
نسخة للطباعة

On ne sait pas si Israël irait jusqu’à une offensive terrestre ou à une invasion de Gaza, mais les avertissements lancés par des hauts responsables israéliens évoquant des préparatifs d’une série d’options ou de différentes alternatives militaires augurent de l’imminence d’une agression d’envergure contre l’enclave prison à ciel ouvert et d’une nouvelle page de malheur et de souffrances pour sa population martyre.
D’ailleurs, Israël n’a pas attendu longtemps pour commencer sa sale besogne. Elle a déjà lancé sa redoutable aviation dans des bombardements qui ont tué jusqu’à hier, 12 Palestiniens et blessé 70.
Ce n’est que le début du calvaire, l’opération, prévient le porte-parole militaire israélien, n’a pas de limite de temps. C’est-à-dire, qu’Israël continuera de bombarder Gaza, de l’envahir probablement et de tuer chaque jour des Palestiniens jusqu’à l’arrêt des tirs de roquettes sur le Sud d’Israël.
Il y a lieu de remarquer que c’est à chaque fois ce même prétexte, le tir de roquettes, qui sert d’alibi à Israël pour commettre des crimes abominables contre des civils innocents, des enfants, des personnes âgées et contre leur droit à la vie.
Seulement, Israël, bien qu’il soit un Etat hors-la-loi, et au-dessus des lois internationales, n’est pas le seul à incriminer dans ce qui se passe en Palestine et dans le calvaire qu’endure le peuple palestinien depuis des décennies. Il y’a lieu d’incriminer, également, ceux qui lui offrent l’alibi de l’agression, ceux qui regardent sans pouvoir rien changer et ceux qui cautionnent l’agression et le laisse faire sans retenue  et dans l’impunité totale.
L’histoire d’Israël est ainsi faite : un opportunisme sans limite  mais aussi une vision réaliste de la situation et des calculs justes qui lui font profiter des occasions présentes, de l’équilibre des forces et de la faiblesse de l’ennemi, qui, en cette période est dans son état le plus lamentable. Il s’agit bien sûr du monde arabe.

Lotfi OUENNICHE