Mémoire du temps présent: Salwa Bougaighis, la princesse du Prétoire libyen, lâchement assassinée: La Libye et le monde libre sous le choc! - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 25 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

Mémoire du temps

Mémoire du temps présent: Salwa Bougaighis, la princesse du Prétoire libyen, lâchement assassinée: La Libye et le monde libre sous le choc!

Dimanche 29 Juin 2014
نسخة للطباعة
Mémoire du temps présent: Salwa Bougaighis, la princesse du Prétoire libyen, lâchement assassinée: La Libye et le monde libre sous le choc!

Par Khaled Guezmir

La Libye votait ce jour fatidique du 26 juin 2014, son nouveau Parlement avec l’espoir de mettre fin à une transition chaotique et interminable et édifier la première pierre du nouvel Etat démocratique pluriel, quand la nouvelle tomba comme une bombe dévastatrice et malfaisante : Salwa Bougaighis avocate brillante, princesse du prétoire libyen et icône de la Révolution du 17 « Febrayer » (février) 2011, a été  lâchement assassinée par balles et son corps lézardé de coups de poignard par un escadron de la mort à Benghazi, la capitale de l’Est libyen.

Pas besoin de signatures aussi terrifiantes ni d’identification des criminels, ils ne peuvent qu’appartenir à un autre  monde celui d’une planète cannibale et anthropophage primaire de l’âge de la pierre!

La Libye était ce pays conservateur et pacifique avec un peule admirable de générosité, la voilà aux mains de ceux qui ont juré de liquider tout promoteur de l’Etat civil et démocratique au nom d’une idéologie antique et barbare qui n’a rien à voir avec l’Islam bienfaiteur et tolérant.

Pourtant,  Mme Bougaïghis qui était de tous les « combats contre Kadhafi et son régime, n’était pas l’opposante acharnée aux « islamistes ». Elle a fait partie du premier conseil national de transition après la chute du « Kaïd » puis vice-président du Comité préparatoire pour le dialogue national en Libye, ce qui faisait delle plutôt une femme de la réconciliation et de l’unité nationale. Militante active des droits de l’Homme, cette femme de renommée internationale a défendu de son vivant tous les opposants libyens à Kadhafi y compris les islamistes radicaux!

Mais, comme son collègue tunisien, le martyr Chokri Belaïd, ses assassins n’en ont pas tenu compte,  car elle devait mourir  pour enterrer avec elle tout le « rêve » libyen à un Etat civil et démocratique moderne.

En cela, elle prend le relai de feu le journaliste et publiciste  Meftah Abou Zeid, assassiné lui aussi il y a un mois  jour pour jour et presque à la même heure (26 mai 2014, à 10h30) et donne ainsi à la Libye sa première martyre femme digne de Jeanne D’Arc, la française, brûlée par les Anglais à Rouen, en 1431. A vous de calculer à quelle époque nous vivons, aujourd’hui!

Est-ce à dire que le pays de Caracalla, l’empereur romain, et du résistant  Omar El Mokhtar, ne pourra jamais rebondir après de tels forfaits ! Les jours qui viennent nous diront déjà avec la publication des résultats des élections, bien que timidement suivie (45% de participation, tout de même), ce qui attend la Libye dans les mois à venir.

Mais, quelle que soit la volonté de la masse silencieuse majoritaire du peuple libyen qui aspire à la paix et à la stabilité, la Libye a, aujourd’hui, besoin d’un véritable coup de main régional et international. L’émotion exprimée un peu partout, et par les Américains et les Européens, ne peut suffire à elle seule à rétablir l’Etat de droit en Libye, quiest contrôlée en partie par les extrémistes de Ansar Achariaâ, avec même une capitale stratégique : Derna, à l’Est.

Même si les élections arrivent à dégager  une nouvelle majorité  favorable à la normalisation, les milices armées, elles, ne sont pas prêtes à renoncer à leur projet d’établir l’Emirat islamique à l’image de « Dâech » et « Elil » en Irak.

Par conséquent, la situation est tellement compliquée que toutes les évolutions sont possibles et à prévoir  y compris une nouvelle intervention armée de l’extérieur qu’elle vienne de l’Ouest égyptien ou de la Méditerranéee nord ou du Sud-Ouest.

La Libye regorge de pétrole et de gaz,  les puissances de ce monde vont avoir certainement leur mot à dire dans le futur proche pour éviter  une évolution à l’irakienne, et l’effondrement de l’autorité centrale déjà vacillante.

Reste l’inconnu… miraculeux, une acceptation des résultats des élections du nouveau Parlement par la majorité des partis et des tribus libyennes  et la reconstruction de l’armée et de l’appareil sécuritaire en Libye!

Continuons à espérer ! Les Libyens sont nos frères!

K.G

       

Post-scriptum : Nos voix féministes sont plutôt discrètes sur l’événement…. Les temps ont bien changé ! Nous sommes dans le « noir» !

Bchira Ben Mrad et Radhia Haddad, dormez en paix.  Votre époque est révolue!