« La mémoire noire, témoignages contre l’oubli » de Hichem Ben Ammar - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 11 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
13
2018

Les mardis du Cercle de l’Alhambra

« La mémoire noire, témoignages contre l’oubli » de Hichem Ben Ammar

Vendredi 27 Juin 2014
نسخة للطباعة
« La mémoire noire, témoignages contre l’oubli » de Hichem Ben Ammar

« Le cercle de l’Alhambra » c’est le nom du nouveau ciné club pensé et crée par El Hamra et la Fédération Tunisienne des Ciné-Clubs, fondée à Tunis le 14 avril 1950, qui s’associent pour le meilleur et pour le cinéma. Les objectifs majeurs de ce nouveau-né sont la création d’une vraie dynamique, la diffusion d’une culture cinématographique alternative, la formation d’un public actif et l’initiation à la citoyenneté. De la nostalgie, du cinéma moderne, des fictions, des documentaires, des longs et des courts, des acteurs qui nous manquent, des débats, de l'expérimentation cinématographique, le cercle de l’Alhambra donnera à voir du charme, de l’art et de l’émotion. La grande ouverture aura lieu aujourd’hui, vendredi 27 juin 2014, à 19h avec « La mémoire noire, témoignages contre l’oubli » le dernier film de Hichem Ben Ammar, les mardis du Cercle de l’Alhambra suivront à partir du 1er juillet.

Vivement le beau vieux temps 

Il est à rappeler que cette année, Al Hambra, l’une des premières salles de cinéma de la capitale, fête ses 92 ans, puisqu’elle a commencé à fonctionner depuis le 30 septembre 1922. Fidèle à sa vocation d’innovatrice, elle a tenu à faire réjouir ses fans par une nouvelle création qui s’inscrit, en fait, dans une tradition interrompue depuis belles lurettes. C’est dans ce contexte qu’est né ce projet. Avec son architecture baroque, ses fauteuils émeraude et son écran géant, Al Hambra drainait la grande foule. Transformé depuis 1985 en un théâtre de tous les Arts par Ezzeddine Gannoun, Al Hambra n’a pas abdiqué à sa vocation première et n’a pas arrêté de nous faire des enfants dont les pères sont des artistes passionnés. C’est une initiative oh combien importante par ces temps qui courent, qu’il faut encourager afin qu’elle se consolide et s’enracine dans les générations actuelles et celles à venir. Elle constitue l’une des armes les plus efficaces qui sont susceptibles de pallier les défaillances au niveau de l’enseignement et de les prémunir contre le danger obscurantiste. 

Faouzi KSIBI 

Mots-clés: