Constat: Le sport individuel parent pauvre du sport national - Le Temps Tunisie
Tunis Lundi 28 Septembre 2020

Suivez-nous

Sep.
29
2020

Constat

Constat: Le sport individuel parent pauvre du sport national

Dimanche 22 Juin 2014
نسخة للطباعة

C’est le cas de le dire. Suivons ce court reportage pour en avoir confirmation.

L’Association Sportive de Mnihla gère pas moins de quatre sports individuels l’haltérophile qui compte pas moins de cinq catégories et un total de 98 licenciés (78 Garçons et 20 filles). Et des résultats à la mesure des efforts déployés par une poignée de volontaires menés par un certain Slim Bohli. Et ce, en dépit des bien modestes moyens mis à leur disposition.

Les résultats réalisés au terme de chaque saison illustrent le sérieux du travail entrepris par les techniciens en place. Ceux de la saison 2013-2014 sont les suivants :

Ecoles Filles : 3ème en championnat

Minimes Garçons : 2ème en championnat et coupe de Tunisie

Cadets Garçons : Championnat et coupe de Tunisie

Juniors : championnat de Tunisie

Seniors : 2èmes coupe de Tunisie et 3ème en championnat

(NDLR : Informations communiquées par le président du club)

Quand la critique est mauvaise conseillère

Les problèmes de l’association avec la fédération tunisienne d’haltérophilie ont commencé à partir du moment où l’entraîneur Hassen Jendoubi a été suspendu pour deux ans outre une amende de 1000 dinars suite à une déclaration faite en 2013 concernant le dopage de nos deux internationaux Maaouia et Bahloul. Tout en lui interdisant d’accéder aux salles abritant les compétitions officielles organisées par la fédération, en qualité de spectateur !

Ces problèmes sont allés crescendo après la tenue de l’assemblée générale évaluative de ladite fédération quand Slim Bohli eut osé critiquer le rapport financier à travers les dépenses qu’il a estimées exagérées pour couvrir les acquisitions de tenues sportives ( + de 28000 dinars), de denrées alimentaires (+ de 13000 dinars), de primes accordées aux internationaux(+ de 47000 dinars) et d’une prime de l’équivalent de près de 20000 dinars accordée au DTN. Outre les sommes importantes dépensées dans les voyages.

Le président de l’association sportive de Mnihla a jugé que d’autres dépenses superflues étaient en mesure de couvrir d’autres activités fédérales à l’instar de la formation, tout comme de voir à la hausse le montant du contrat programme accordé à certaines associations dont celle de Mnihla qui bénéficiait de 11000 dinars pour l’exercice 2012-2013, montant revu à la baisse en 2013-2014 avec 9000 dinars.

A la Tutelle d’intervenir

Slim Bohli lance un appel du cœur aux autorités sportives et notamment à la Tutelle pour veiller à une meilleure collaboration entre la fédération et les clubs dont les responsables donnent le meilleur d’eux-mêmes pour permettre aux sports individuels de « survivre » par les temps qui courent. Et surtout, surtout de veiller de plus près sur une gestion aussi saine que possible dans l’utilisation des deniers de l’Etat, du contribuable en somme.

R. B. A

Mots-clés: