Au stade d’El Menzah (16h) ST-ESS.. Côté stadiste: Confiance aux mêmes joueurs - Le Temps Tunisie
Tunis Lundi 28 Septembre 2020

Suivez-nous

Sep.
29
2020

ST-ESS

Au stade d’El Menzah (16h) ST-ESS.. Côté stadiste: Confiance aux mêmes joueurs

Dimanche 22 Juin 2014
نسخة للطباعة
Côté étoilé: Un élan à confirmer
Au stade d’El Menzah (16h) ST-ESS.. Côté stadiste: Confiance aux mêmes joueurs

La Coupe de Tunisie reste toujours un trophée des plus convoités, des plus ambitionnés, des plus brigués, bref un sacre dont tout le monde, grand ou petit,

rêve. Elle est, et sera toujours une consécration désirée par ‘l’histoire’ de tout club pour ce qu’elle représente. Aux cours des années 70, Bobby Moore ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre aujourd’hui parti à un autre monde, ne cachait pas son amour fou pour la Coupe de son pays. «Je donnerai ma vie pour la Coupe d’Angleterre», avait-il déclaré fièrement.

Du côté du Bardo la Coupe est magique car elle métamorphose toute la localité. Tous les anciens sacres glanés étaient synonymes de communions totales et indescriptibles avec les supporters et les sympathisants du club. Pas besoin au Bardo d’un festival culturel en été, une Coupe de Tunisie anime les rues sportives pendant tout l’été et bien plus.

Cette saison et après avoir échappé de justesse la correctionnelle, le Stade Tunisien se retrouve à une marche de la finale et caresse de nouveau le rêve de vivre des nuits magiques, comme celles de l’été de 2003. On a tout fait, de l’intérieur et de l’extérieur aussi pour déstabiliser le club et son équipe. Rien à faire, leur marche est implacable, et d’ailleurs toutes ces petites décisions ridicules afférentes au huis clos décrétées par une instance (abusive) mais qu’un sursaut de sagesse d’une autre avait levé (justice rendue), ont finalement généré un effet contraire. L’équipe stadiste est plus motivée que jamais.

«Notre mental est au top, et nos chances de passage en finale, on y croit vigoureusement et sans discussion. Nous sommes ici parce que nous avons travaillé très dur, personne ne nous fait de cadeau. On va se donner sans se préserver, sans compter. On a une occasion en or pour aller en finale et nous comptons fermement la saisir. Joueurs, divers staffs, employeurs et supporters, nous avons tous envie d’écrire une nouvelle page commune de notre histoire. La Coupe est un rêve et un objectif pour nous tous. Quand je vois devant moi les poulains courir, comment ne pas être confiant?» c’était là l’aveu de Moncef Ben Saïd co entraîneur.

Cette demi-finale est considérée comme une finale avant la lettre, car les deux équipes sont des plus prestigieuses et leurs palmarès sont des plus glorieux. L’Etoile est donnée favorite, mais l’équipe qui a renversé le grand Club Africain voila une semaine est capable d’être auteure d’un nouvel exploit. Elle tablera surtout sur le moral de ses éléments et de leur combativité pour juguler les ardeurs de ses adversaires. Lors de la dernière répétition tenue hier en fin de matinée, le staff technique, si nous avions bien compris, ne compte pas changer de conviction. Ne dit-on pas qu’on ne change pas une équipe qui gagne. La formation qui entamera la demi-finale sera celle-là même qui avait débuté contre le Club Africain. Par mesure de prudence Thierry Ernest Arang et Ala Marzouki, vont partir du banc.

Formation probable :

Hamdi Kesraoui – Mohamed Ben Ali – Hatem Béjaoui – Emir Dridi – Hachem Abbès – Alex doumiang – Karim Aouadhi – Elyès Jelassi --Malek Landolsi – Ali Abdi – Marouène Touzri

MAE

      

Côté étoilé: Un élan à confirmer

Quinze fois finaliste ! L’ESS entend s’y présenter une fois de plus. Mais en attendant, elle devra passer le cap « stadiste » de la demi-finale cet après- midi sur la pelouse du stade d’El Menzah. Il faut dire que jusque-là les Sahéliens n’ont pas eu beaucoup de difficultés pour parvenir au présent tour. En effet, et dans la foulée après l’Etoile du Fahs, celle de Fériana, (deux des équipes divisionnaires) et récemment celle de Métlaoui, la bande à Lemerre n’a pas eu à se forcer pour passer allégrement les tours. A dire vrai, la donne change dés cet après-midi en affrontant un spécialiste de l’épreuve, le ST (6 titres). Par ailleurs, à titre de rappel historique, les deux équipes par le passé ont eu l’occasion de s’affronter en phase finale à quatre reprises dont trois ont tourné à l’avantage du ST (1956/57,1959/60 et 1961/62 face au Stade Soussien) et une seule fois à l’ESS, la dernière en date (1980/81). C’est dire finalement si les retrouvailles entre les deux clubs ne rappellent de vieux souvenirs et ravive la passion. Ceci ! c’est pour l’histoire mais aujourd’hui, les deux protagonistes ne sont qu’au stade des demi-finales et chaque équipe compte aller au bout de l’épreuve. C’est là tout l’intérêt et l’enjeu qui caractérisent cette confrontation qui s’annonce bien disputée.

Pour le staff technique de l’Etoile, si les adversaires des tours précédents se ressemblent ou presque, force est d’admettre cependant que l’adversaire du jour est d’un tout autre calibre. Aussi, le rythme des séances a-t-il pris une autre tournure depuis que l’on a abordé le volet tactique. N’oublions pas que le ST est tombeur d’un certain CA lors du quart de finale. Du coup, pour Lemerre et Jeddi, son adjoint, aborder le match dans les meilleures dispositions physiques et mentales est une exigence de premier ordre. C’est ainsi qu’après l’entretien de la fraîcheur physique, le côté mental n’en a été pas moins pris au sérieux, après tout il s’agit d’un match de coupe qui ne résiste d’avance à aucun pronostic. Dés lors ce qui compte pour le coach c’est de pouvoir compter sur les éléments non seulement pourvus d’expérience mais surtout de capacité mentale suffisante pour aller de l’avant. Cela tombe bien, les Belbouli, Mouihbi, Kom et autres reprennent du service après un repos bien mérité. Dés lors, la formation rentrante saura-t-elle son équilibre et sa cohésion avec Belbouli, Brigui, Ghazi, Naggez et le capitaine Ghezal pour assurer la couverture sur leur gardien. Kom, Slama et Lahmar ( qui supplée Tej) auront pour mission de s’occuper à la fois de la récupération et de la reconversion du jeu, alors que Mouihbi, Jaziri et Yahia devront exceller en phase de concrétisation. Riche, le banc de l’ESS permet d’envisager d’autres solutions au cours du match. Avec, Jebali, Nafkha, Akoli, Bangoura, et autre Ben Fredj et Essoussi, Lemerre ne peut se trouver à court d’arguments.

Bref, bien « ménagée » (par le sort) au début du parcours, l’ESS en demi-finale n’aura pas la tâche facile. Néanmoins, bien en jambe et réaliste elle est capable de relever le défi même à Tunis. Il revient aux joueurs de confirmer cet élan, cette dynamique positive.

Formation probable :

Belbouli,Brigui,Ghazi,Naggez,Ghezal, Kom, Slama, Lahmar, Mouihbi, Yahia, Jaziri.

Sadok SLIMANE

   

Ridha Charfeddine, unique candidat à sa propre succession

Le dernier délai des dépôts des dossiers de candidatures pour la présidence de l’ESS étant passé (20 juin), le secrétariat du club n’a enregistré qu’une seule candidature, celle du président sortant Ridha Charfeddine, en personne qui se présente à sa propre succession. Comme nous l’avons annoncé dans une livraison précédente, faute d’autre postulant pour cette charge, Ridha Charfeddine comme il y a prés de deux ans, ne s’est pas « dérobé » pour assumer ses responsabilités jusqu’au bout. Il l’a fait un moment encore plus critique, à présent que la machine –ESS est semble-t-il sur la voie, Il entend poursuivre l’action de restructuration du club. Pour ce faire, il fait peau neuve avec trois nouveaux membres Radhi Ben Ali (un revenant), Amine Mougou (la légitimité du nom certes ! mais qui ne représente pas moins la nouvelle génération des managers de l’ESS) ) et un tout nouveau Abdesselam Mansour (l’homme de confiance de Charfeddine). Seul rescapé de l’ancienne équipe, le vice-président Dr Jallel Krifa dont la fidélité à l’égard du président est sans commune mesure. Par ailleurs, faut-il noter l’absence fort remarquée d’un certain Hussein Jenayeh en tant que membre figurant sur la liste proposée au vote du 25 juin prochain ? D’aucun dira qu’il s’agit d’un choix prudent du directeur exécutif de l’ESS pour préserver sa liberté de manœuvre.

S.S

Mots-clés: 

Articles liés