Trafic au port de Radès - Le Temps Tunisie
Tunis Jeudi 20 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
21
2018

Trafic

Trafic au port de Radès

Dimanche 22 Juin 2014
نسخة للطباعة
Trafic au port de Radès

 Plusieurs fonctionnaires sont impliqués dans cette affaire de détournement de biens. Il s’agit de fonctionnaires de la Douane, des agents de la Société Tunisienne d’Acconage et de Manutention(STAM) un employé de la CNAM et un agent transitaire.

 Le pot aux roses fut découvert le 3 février 2012 lorsqu’une information parvenue aux agents de la brigade des recherches et investigations relevant de la Direction de la Douane, indiquait qu’un engin (tracs) sur lequel il y avait des moteurs de voitures utilisés appartenant à un travailleur Tunisien à l’étranger. Il voulait les introduire en Tunisie d’une manière légale puisqu’il a eu l’accord des autorités pour cette transaction. Les moteurs ont été stockés dans les dépôts de la douane le temps de compléter les formalités d’admission.

L’engin en question n’a pas été trouvé. En multipliant les contrôles les agents se sont rendu compte qu’un deuxième engin a également disparu portant également d’autres moteurs. 36 moteurs de voiture et 19 pare chocs la totalité de la marchandise volée.

Ce vol n’aurait jamais pu se produire s’il n’y avait pas des employés qui ont facilité leur sortie du port. C’est donc à partir de cet élément important que les investigations aient été entamées. En même temps les recherches ont été entreprises. Quelques jours plus tard les chercheurs sont arrivés à trouver un engin stationnant près d’une ferme du côté de Mornag. Une équipe composée des cadres de la douane s’est déplacée sur les lieux et ont procédé à l’acheminement de nouveau des moteurs au port. Pourtant cette opération sensée être facile a connu plusieurs obstacles. Pendant le transfert, les trafiquants responsables de cet acte ont tenté d’empêcher l’équipe chargée de transférer la marchandise au port de continuer son chemin. Les membres à bord de deux voitures de location, étaient armés de bombes asphyxiantes ainsi que des isolants. Ils étaient prêts à commettre le pire en mettant les enquêteurs hors d’état de continuer leur chemin.

Le deuxième engin a été également retrouvé près du domicile d’un des membres de cette bande. En fouillant le domicile les enquêteurs ont retrouvé le reste de la marchandise volée. 

Il n’a pas fallu beaucoup de temps pour arrêter tous les membres impliqués dans cette affaire.

Bien entendu ce trafic n’aurait jamais pu voir le jour et n’aurait jamais pu se dérouler s’il n’y avait pas des cadres et des fonctionnaires responsables qui avaient fermé les yeux sur l’illégalité des procédures mises en application pour les autorisations de sortie. Du gardien du magasin jusqu’au contrôleur de sortie du port en passant par les différents livreurs d’acquittement des taxes douanières et autres. Toute cela était préparé et exécuté par les membres de ce réseau démantelé.

Ils ont été traduits devant la 3ème chambre criminelle du tribunal de première instance de Tunis pour répondre de leurs actes. L’un des détenus n’était pas présent au box des accusés.

 Le juge a dû reporter le procès pour l’amener de son lieu de détention. Quelques avocats de la défense ont demandé la libération provisoire des prévenus jugeant qu’ils ont été placés en détention durant une longue période et leur culpabilité n’a pas été prouvée, mais le juge a refusé toutes les demandes de la libération provisoire.

AA

Mots-clés: