83 millions de dinars pour le 3ème « projet de développement des exportations » - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 25 Septembre 2018

Suivez-nous

Sep.
25
2018

Brèves

83 millions de dinars pour le 3ème « projet de développement des exportations »

Jeudi 19 Juin 2014
نسخة للطباعة

 

Un nouveau projet en faveur de la Tunisie intitulé "Troisième projet de développement des exportations", moyennant un investissement de 83 millions de dinars (MD) , vient d’être mis en place par la Banque Mondiale, afin d’aider la Tunisie à trouver de nouveaux marchés d'exportation et à améliorer la chaîne de valeur ajoutée. Le soutien de la Banque Mondiale va permettre aux entreprises tunisiennes d'exporter directement leurs biens et services dans un plus grand nombre de marchés, surtout que la Tunisie a perdu des parts de marché ces dernières années et plusieurs facteurs ont dégradé sa compétitivité : le manque de diversification de ses débouchés et de ses produits, une faible valeur ajoutée et peu d'innovation dans les secteurs d'exportation. Le projet sera mis en œuvre par le ministère du Commerce et de l'Artisanat et sera destiné à trois grands groupes d'intervenants, à savoir les entreprises privées et les investisseurs des secteurs exportateurs, les organismes publics et privés et les travailleurs et les employés potentiels des entreprises privées. (TAP). 

Atelier de travaisur la formationdes professionnels du tourisme

La Fédération Tunisienne de l’Hôtellerie a organisé, en partenariat avec la Fondation européenne pour la formation, un Atelier ayant pour thème la capitalisation de la méthodologie et les outils d'analyse des besoins en compétences dans le secteur du tourisme.   Cet  atelier de travail a représenté une importante opportunité pour réunir un grand nombre de professionnels du secteur touristique, afin d’aborder le thème de la formation professionnelle dans le secteur. Intitulé « Méthodologies et outils d’analyse régionale des besoins  en compétences dans le secteur du tourisme », l’atelier a été, d’un autre côté, une occasion pour la FTH pour  témoigner de son intérêt aux questions de l’emploi et de la formation des ressources humaines, afin d’améliorer la qualité des services et prestations.  La FTH s’est toujours engagée dans la conduite d’actions de formation continue et de projets visant à l’amélioration de la qualité de la formation initiale et plus généralement dans la formation professionnelle en Tunisie.

L’effort est essentiellement porté sur les nouveaux métiers de l’hôtellerie en accordant une importance accrue à la pratique des langues étrangères, afin de soutenir la diversification et l’enrichissement de la qualité des services offerts dans le secteur touristique. Le Président de la FTH, Radhouane Ben Salah, a déclaré dans ce sens que : « Beaucoup d’efforts restent à réaliser en matière de formation professionnelle et de communication sur nos métiers et sur les perspectives qu’ils offrent aux jeunes. C’est pour cela que nous organisons ce genre de manifestation en espérant que les recommandations qui résulteront de cette rencontre seront mises en application dans les meilleures conditions».  Il est à signaler que cet atelier a permis à la Fondation européenne pour la formation (ETF), de présenter les résultats d’une enquête réalisée sur la région de Djerba-Médenine, au lendemain de la révolution, et ce à la demande du ministère de la formation professionnelle et de l’emploi et à laquelle la FTH a activement participé au niveau national et régional.  Cette analyse du secteur, qui vise à  «améliorer les ressources humaines dans le secteur », a permis de valider des outils pour mieux comprendre, identifier et anticiper les besoins en compétences des professionnels. Marie Dorléans, représentante de la ETF lors de cet atelier, a présenté les résultats du travail opéré à Médenine et a proposé la création d’un espace de concertation afin de permettre d’initier une approche partenariale  et de mettre à niveau les différents acteurs autour d’une politique de gestion des emplois et des compétences (GPEC).  « En effet, cette capitalisation est une composante-clé au niveau des politiques de formation professionnelle et de l’emploi et nous souhaitons que cette étude réalisée à Médenine se répète dans d’autres régions afin de dynamiser le secteur et le tirer vers le haut », a déclaré Marie Dorléans.

Mots-clés: