Les échanges commerciaux poursuivent leur descente aux enfers.. • Chute de 4,7% des exportations en volume - Le Temps Tunisie
Tunis Dimanche 18 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
20
2018

Baromètre

Les échanges commerciaux poursuivent leur descente aux enfers.. • Chute de 4,7% des exportations en volume

Mardi 17 Juin 2014
نسخة للطباعة

 

Déjà cinq mois de gouvernement Mehdi Jomâa et la rétrospective économique piétine toujours : »doucement le matin pas trop vite le soir ». Les indicateurs de base ne font que clignoter au rouge. Exception des dons, des lignes de crédits et de la garantie américaine de 500 millions de dollars, sur le plan structurel rien n’a été entrepris. Carence et inertie marquent le topo économique. L’élargissement du déficit commercial avec l’extérieur dresse un obstacle quasi insurmontable à une relance même partielle des indicateurs économiques toujours en léthargie. Après cinq mois d’activité, les exportations tunisiennes ont enregistré une baisse de 4,7% en volume et de 2% en valeur. Le taux de couverture des importations par les exportations plonge pour atteindre le  seuil de 67%. Le déficit se creuse ainsi à plus de 5600 MDT. 

La Banque Centrale s’échine tout le temps à alarmer les décideurs en ce qui concerne l’aggravation du déséquilibre commercial appelant à la nécessité de prendre les mesures nécessaires à même de rectifier cette  pente baissière des échanges. Avec la reprise du marché européen on caressait l’espoir de voir les choses s’améliorer et l’engouement pour le made in Tunisiade  reprendre de plus belle. Sauf que ce n’est pas le cas et désolément les exportations poursuivent leur dégringolade. Ceci dit la Banque Mondiale prévoit dans son dernier rapport publié la semaine dernière, une reprise des exportations pour les pays de la région MENA importateurs de pétrole dont la Tunisie après la légère embellie enregistrée par l’économie des 27. Une prédiction qui reste à confirmer dans les prochains mois. La dépréciation du dinar face à l’euro et au dollar n’est pas pour améliorer la donne, notamment pour les termes de l’échange, lesquels se sont détériorés pour atteindre 92,5 au terme du mois de mai 2014 contre 93,3 enregistrés une année auparavant et 101,4 enregistrés en mai 2012.  A souligner que les termes de l’échange désignent par définition le pouvoir d'achat de biens et services importés qu'un pays détient grâce à ses exportations. L'indice des termes de l'échange le plus courant mesure le rapport entre les prix des exportations et les prix des importations. Aujourd’hui, la situation de la balance commerciale ne fait qu’empirer et ne présage rien de réconfortant.  La même rengaine pour dire qu’il revient au gouvernement provisoire de prendre les mesures nécessaires à même de rétablir nos exportations, lesquelles constituaient des décennies durant la pierre angulaire de croissance de l’économie nationale. Avec le net fléchissement des exportations et la régression du secteur touristiques, comment se soldera l’exercice 2014qui s’annonçait pourtant haute en « promesses ».

Yosr GUERFEL AKKARI

Mots-clés: