« Oscillations », une invitation à la méditation - Le Temps Tunisie
Tunis Mardi 20 Novembre 2018

Suivez-nous

Nov.
20
2018

Arts plastiques: Myriam Bettaïeb à l’espace Imagin’

« Oscillations », une invitation à la méditation

Dimanche 15 Juin 2014
نسخة للطباعة
Arts plastiques: Myriam Bettaïeb à l’espace Imagin’..  « Oscillations », une invitation à la méditation

L’espace Imagin’ situé à Carthage Dermech accueille jusqu’au 21 du mois courant, l’exposition de Myriam Bettaïeb, une jeune artiste peintre qui exhibe une série de toiles à l’orée de deux mondes : le vécu et l’imaginé. Sous le titre générique « Oscillations », l’artiste dévoile les antres d’un univers fantasmagorique où l’être est transcendé dans une perception unique qui suscite la curiosité du profane et plonge l’amateur dans le plus profond de l’âme…

Lorsque le pas franchit le seuil de l’espace, par hasard ou par curiosité, le regard du promeneur est vite attiré par ces silhouettes féminines qui habitent les œuvres de Myriam Bettaïeb. De prime abord, on se laisserait bien séduire par l’idée d’une séduction tacite que pourrait faire miroiter le corps en mouvement, la luminosité des teints et la minutie des détails. Mais très vite, cette quiétude nous abandonne au fur et à mesure de notre déambulation. Ces corps se détachant sur un arrière plan noir sont pris dans un tourbillon émanant de l’intérieur. Les traits tendent à disparaître pour ne garder que cette sensation d’une procession, du mouvement expressif, libérateur peut-être d’une angoisse lancinante.

 La délicatesse du détail de ces femmes – prises pour la plupart dans leur nudité – confère certes cette part d’érotisme mais qui dévoile en filigrane toute la tension du moment, le cri interne qui se fraie un chemin au détour des conteurs d’une bouche béante, d’un corps habité par la lumière et la danse, des yeux quipleurent et une silhouette qui se détourne ; toutes ses instances savamment saisies par l’artiste à travers une maîtrise parfaite de la ligne et une palette des plus surprenantes.

En effet, cette dernière balance entre l’ombre et la lumière. Le révélé et le caché se mêlent dans ce jeu du noir et du blanc que viennent teinter les couleurs chaudes ou froides. Dans cette dynamique chromatique Myriam Bettaïeb inscrit ses œuvres en porte-à-faux entre la profondeur de l’être et sa légèreté feinte. L’artiste nous met face à une vision quasi-mystique de l’homme. Ces derviches tourneurs, certains de ces modèles nous incitent à réfléchir sur la condition de l’homme en relation avec lui-même et autrui.

Ainsi, « Oscillations » est une invitation à la méditation. Le « regardeur » si cher à Duchamp est le témoin d’une métamorphose de l’être conditionné à celui qui cherche à se libérer. Au contact des œuvres, on oscille entre le vrai et le vraisemblable, entre le paraître et l’être. Myriam Bettaïeb met à nu l’âme dans toute sa splendeur et toutes ses angoisses à travers cette peinture du corps. Ce dernier s’estompe peu à peupour ne devenir qu’une trace, une impression, un réceptacle où les sentiments se reflètent et éclatent au grand jour et on quitte l’espace avec la certitude qu’on était en communion avec l’autre nous-mêmes dans l’antre de deux mondes que seul un artiste à la sensibilité accrue est capable d’en dessiner les contours…

 

Raouf MEDELGI